Nicolas Daubanes - Aucun bâtiment n'est innocent

Date affichée
du 14 avril au 16 juin 2018

Nicolas Daubanes - Aucun bâtiment n'est innocent

Chapelle Saint-Jacques - centre d'art contemporain

Visuel
Nicolas Daubanes, Prison Saint Michel, 2017.
Nicolas Daubanes, Prison Saint Michel, 2017.

On sait que les oeuvres d’arts ou l’art en général peuvent mettre l’accent sur des temps importants de l’histoire. Elles permettent ainsi, de réamorcer des évènements passés en connexion avec des actualités dont on ne peut faire abstraction. L’oeuvre de Nicolas Daubanes se construit, se nourrit de l’Histoire, de ses traces. Elle en redessine des instantanés et se plait à redonner vie à des exploits. Mais, Nicolas Daubanes est-il pour autant un artiste du récit, du document ? Je vous engage à ne pas vous laisser embobiner ! Ce ne sont qu’anecdotes et artifices !
Chaque fois consignés, répertoriés, il n’active pas un protocole mais synthétise des gestes, des actions convoquant alors la démolition, le sabotage, la rébellion. Que ce soit avec du béton du sucre, un vélo, du bois, des capotes, de la nourriture, de la limaille de fer, des mots, de la poussière d’étoile, il produit avec une énergie volontaire ce fragile engagement qui revendique la perte.
À y regarder de plus près ses dessins sont des petites disparitions, ses performances des solitudes alignées, ses installations : des apparitions en perdition. De l’ensemble se dégage une sourde tension. Le travail se déploie sur les terrains accidentés de ses revendications vaines qui lui sont essentielles, vitales.
L’absence, le manque sont là, perceptibles dans cet entre-deux fait de violence et d’abnégation. L’attente est convoquée, la sagesse lui arrache les dents et fait dégringoler de leurs étages la bienséance et l’attendu.
Au centre d’art, Nicolas Daubanes souhaite proposer l’image du toit de la prison de Nancy en Janvier 1972. Du coup, le travail sur les prisons continue, se renouvelle, se nourrit d’images et de documents d’archives. En effet, il se réfère à l’histoire mais la dézingue de l’intérieur car elle est pour cet artiste la simple matière première d’une oeuvre en cours.

Chapelle Saint-Jacques Centre d’Art Contemporain
Avenue du Maréchal Foch
31800 Saint-Gaudens

> Consulter le site


Les Oeuvres produites par les centres d'art

Michel Blazy
2014
Le Parvis - Centre d'art contemporain
Haroon Mirza
2013
Le Grand Café - Centre d'art contemporain
Michel Blazy
2014
Le Parvis - Centre d'art contemporain
Lucas Semeraro
2016
Bétonsalon - Centre d'art et de recherche & Villa Vassilieff
documentation céline duval
2014
Centre d'art La Chapelle Jeanne d'Arc
Iris Haüssler
2016
Bétonsalon - Centre d'art et de recherche & Villa Vassilieff
Musa paradisiaca
2014
Crac Alsace / Centre Rhénan d'Art Contemporain
Stéphane Protic
2014
3 bis f - Lieu d'arts contemporains
Marc Pataut
2015
Centre Photographique d’Île-de-France
Sarah Tritz
2016
Centre international d’art et du paysage de l’île de Vassivière

Lire aussi 1

Lire aussi