«J’préfère quand c’est réel» - Safouane Ben Slama

Date affichée
Du 4 janvier au 16 avril 2022

«J’préfère quand c’est réel» - Safouane Ben Slama

CAC Brétigny, centre d'art contemporain d'intérêt national

Visuel

J’ai été particulièrement touchée que Safouane Ben Slama accepte l’invitation. Cela faisait longtemps que je fantasmais un travail photographique dans le 91. J’avais une envie sincère et nécessaire d’images de l’endroit où j’ai grandi, n’ayant jamais reconnu ma réalité dans celles qui étaient médiatisées.

«J’essaye d’éviter de renvoyer à des «pseudo-codes» de la banlieue, c’est hyper tentant parce que ça te renvoie à quelque chose de très concret, mais c’est aussi une diversion, une imitation du réel. C’est donner une image déjà préconçue.

Dans ces images, y’a beaucoup de vert. C’est quelque chose qui me plait beaucoup dans ces photographies. Y’avait le soleil, mais aussi la verdure. Ce n’est pas ce qu’on s’imagine comme fond, comme décor de la banlieue parisienne. On s’imagine du gris, mais en fait on voit bien que c’est toujours vert. C’est une des couleurs qui domine clairement.» Safouane

La manière de travailler de Safouane correspond très justement à l’Essonne qui est un vaste terrain à explorer. Il faut passer du temps à traîner, à flâner et à rencontrer ceux et celles qui habitent ses espaces. C’est très clairement ce qui caractérise la pratique de l’artiste qui porte une attention particulière à la beauté d’un moment simple et furtif, celui d’un geste, d’un regard ou d’un rayon de soleil.

«Parfois, j’avais l’impression d’être un personnage de science-fiction qui remontait le temps et qui devait intervenir mais sans que personne le capte. Il ne fallait rien toucher sinon t’avais un chamboulement dans le futur. Et bah, c’est exactement ce que je ressens. Je me disais «là il se passe un truc de ouf, il faut que j’intervienne mais faut que ça soit très bref et sans douleur» tu vois? Sans le dénaturer, pour que la magie de l’instant ne disparaisse pas.» Safouane

Safouane a passé quatre mois à enquêter, essayant de capturer le réel en mouvement. Faire usage de l’appareil photographique n’est pas anodin, c’est un médium qui a l’ambiguïté de prétendre fixer un instant: témoignage du visible, il n’en fait qu’une rapide esquisse. La ruse pour déjouer le manque de nuance de la photographie, a été d’intégrer directement la rue, de s’identifier à elle, pour tenter d’éviter le piège d’une vision utopique.

«Ce qui est intéressant, c’est que ça a été fait dans la rue. C’est pas moi qui suis dans un studio photo et qui choisis délibérément les modèles. J’ai fait des choix bien-sûr, mais j’ai fait avec ce qui s’est présenté à moi aussi. Je n’invente pas ces scènes, je les choisis.

Et c’est ce que je trouve intéressant: c’est une réalité. C’étaient des moments concrets, bien réels.

J’ai senti vraiment qu’il y avait un truc qui était déjà-là. Ce que j’ai fait, c’était le faire émerger. En réalité, c’était déjà-là, cette tendresse-là, cette attention aux autres. Même ce qui n’est pas dans l’image est «tendre»: la manière dont les choses se sont faites, la rencontre.» Safouane

J’ai l’impression que les images de Safouane ont mis le doigt sur ce que je ressens très intensément quand je repense à ma jeunesse dans le 91. À mon sens, il a réussi à montrer une générosité, une solidarité qui émane des moments de réunion et de ce qu’il y a d’optimiste et de joyeux dans le fait d’être ensemble. Les images naissent d’une négociation entre le photographe et ceux et celles qui sont photographié·e·s, collaborant et prenant en compte des envies réciproques.

«C’étaient des moments très généreux. Quand je parlais, j’avais l’impression de faire comprendre l’intention, ça les touchait. Par exemple, les filles que j’ai rencontrées à Etampes étaient super enthousiastes quand je leur parlais de micro-gestes, d’attention. Je sentais qu’il y avait une vraie envie. Peut-être que j’ai réussi à formuler ce truc-là, mais en fait ça existait avant même que j’apparaisse. Les gens avaient envie de ça. C’est un truc qui était à l’état gazeux, un peu là en mode vapeur, invisible, mais dont on avait le pressentiment.

Moi ce qui m’intéresse c’est d’extraire des éléments du réel pour essayer de le réenchanter, le réenchanter en le montrant. De dire que dans la réalité, à telle heure, etc. ... il s’est passé ça. Ça a existé. C’est hyper précieux. C’est une espèce de mémoire collective à forger. Il faut réinvestir la mémoire et l’imaginaire collectif.» Safouane

L’exposition met en lumière la jeunesse du département qui investit largement les espaces publics et en fait des lieux de sociabilité. Loin de proposer un portrait exhaustif des essonniens, les images témoignent d’une recherche en cours de Safouane. Celles-ci ouvrent sur les possibilités de nouvelles représentations, suggérant tout ce qu’il reste encore à montrer de l’Essonne.

Camille Martin,
Commissaire de l'exposition

Exposition au Théâtre Brétigny
Vernissage le dimanche 16 janvier
Dans le cadre du cycle «La Vie en Rose» (janvier-avril)

CAC Brétigny
Centre d'art contemporain d'intérêt national
rue Henri Douard
91220 Brétigny-sur-Orge

> Consulter le site
> Facebook
> Twitter
> Instagram


Les Expositions du moment

Micro Onde - Centre d'art contemporain de L'Onde
Du 23 avril au 09 juillet 2022
La Cuisine, centre d'art et de design
Du 4 juin au 10 juillet
Centre d'art contemporain d'Ivry - Le Crédac
Du 9 avril au 10 juillet 2022
BBB centre d'art
Du 14 avril au 13 juillet 2022
CAC Brétigny, centre d'art contemporain d'intérêt national
Du 15 mai au 15 juillet 2022
Espace multimédia Gantner
Du 9 avril au 16 juillet 2022
Centre Photographique d’Île-de-France
Du 23 avril au 17 juillet 2022
Cneai= Centre national édition art image
Du 19 mai au 21 juillet 2022
La Galerie, centre d'art contemporain
Du 14 mai au 23 juillet 2022

Les Oeuvres produites par les centres d'art

Catarina de Oliveira
2017
Centre d'art contemporain de la Ferme du Buisson
Guillaume Constantin
2020
Centre d’art le Lait / Laboratoire Artistique International du Tarn
Elise Mazac, Robert Drowilal
2015
Pavillon Blanc Henri Molina / Centre d'art
Jean-Charles de Quillacq
2019
Bétonsalon - Centre d'art et de recherche
Ernest T.
2015
Micro Onde - Centre d'art contemporain de L'Onde
Francisco Tropa
2018
Le Grand Café - Centre d'art contemporain
Gyan Panchal
2014
Maison des Arts Georges & Claude Pompidou
Brynjar Sigurdarson
2015
Cirva Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts Plastiques

Lire aussi 1

Lire aussi