Futur, ancien, fugitif - Une scène française

Date affichée
Du 16 octobre 2019 au 5 janvier 2020

Futur, ancien, fugitif - Une scène française

Palais de Tokyo

Visuel
Pierre Joseph, Fondation Vincent van Gogh Arles, 2018 (detail). 45 prints series on Magistra Deluxe Blueback 120g paper, 80 x 110 cm. Courtesy of the artist and Air de Paris (Paris). Photo: Pierre Joseph. © Adagp, Paris, 2019.
Pierre Joseph, Fondation Vincent van Gogh Arles, 2018 (detail). 45 prints series on Magistra Deluxe Blueback 120g paper, 80 x 110 cm. Courtesy of the artist and Air de Paris (Paris). Photo: Pierre Joseph. © Adagp, Paris, 2019.

L’exposition Futur, ancien, fugitif, consacrée à « une scène française » s’appuie sur une conception ouverte de l’inscription territoriale – qui rassemble des artistes né.e.s en France ou à l’étranger, vivant en France ou à l’étranger, lié.e.s provisoirement ou durablement à ce pays – autant qu’elle échappe aux effets de tabula rasa qui voudraient qu’une génération en éclipse une autre. Elle réunit au contraire des « contemporain.e.s » qui partagent aujourd’hui cet espace en évolution et aux frontières poreuses. Et cherche à dessiner les courroies de transmission par lesquelles transite cet air du temps que respirent simultanément les quarante-quatre artistes ou collectifs d’artistes réuni·e·s pour l’occasion. Des artistes né·e·s entre les années 1930 et les années 1990, mais qui vivent et travaillent tou·te·s, dans et avec leur époque.

Contemporain est un « mot transitif et par conséquent relationnel », rappelait Lionel Ruffel dans Brouhaha. Les mondes du contemporain. On est contemporain de quelque chose ou de quelqu’un et c’est cette interdépendance, ce liant qui nous sert à établir des ponts d’un·e artiste à l’autre dans l’exposition que nous avons bâtie dans l’ensemble des espaces du Palais de Tokyo. C’est encore cette perméabilité au présent et une forme de permanence au temps que nous avons cru déceler chez les artistes réuni·e·s dans l’exposition et qui nous a permis d’établir cette photographie non pas exhaustive, ni même représentative, mais simplement sensible d’une scène française. Ou plutôt d’une « autre » scène française. De celle qui se trame plus discrètement mais avec non moins de puissance dans les ateliers, les écoles d’art, les espaces partagés, dans les marges ou à l’abri du marché.

Les artistes invité·e·s ont ainsi en partage d’opposer des formes de résistance aux assignations et autres effets de mode qui teintent irrémédiablement une époque. Non pas que ces artistes se tiennent à l’écart du monde d’aujourd’hui, bien au contraire, disons plutôt que refusant l’urgence, ils laissent s’infiltrer dans leurs œuvres l’épaisseur du temps. « Seul peut se dire contemporain celui qui ne se laisse pas aveugler par les lumières du siècle et parvient à saisir en elles la part de l’ombre, leur sombre intimité »  écrivait il y a quelques années Giorgio Agamben, ressuscitant au passant la très opérante notion d’« inactualité » qui pourrait convenir aux artistes dont il est ici question.

Cette exposition est aussi l’occasion de rappeler qu’il n’existe pas une scène française, mais bien quantité de communautés, d’engagements et de singularités. Pendant les mois de préparation de l’exposition, nous nous sommes ainsi laissé.e.s surprendre par le relief de plus en plus saillant de certaines individualités à la surface vaste et complexe du paysage français. D’une curiosité toujours vive pour ce retour au collectif que l’on perçoit aujourd’hui chez un certain nombre de jeunes artistes qui tentent à nouveau l’expérience du vivre ensemble, des espaces partagés et des formes de mutualisation comme une réponse à une nécessité économique, nous sommes peu à peu passé·e·s à la nécessité de réaffirmer des trajectoires plus singulières. Singulières et pas forcément solitaires, puisque nombre d’artistes de cette exposition entretiennent des formes de compagnonnage au long cours avec leurs pairs, toutes générations confondues.

Palais de Tokyo
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris

> Consulter le site


Les Oeuvres produites par les centres d'art

Cécile Paris
2015
Passerelle Centre d'art contemporain
Trafik (collectif)
2016
Centre d'art contemporain / Passages
Edit Oderbolz
2018
Crac Alsace / Centre Rhénan d'Art Contemporain
Matteo Rubbi
2017
Centre d'art contemporain - la synagogue de Delme
Laëtitia Badaut-Haussmann
2016
La Galerie, centre d'art contemporain
Julien Creuzet
2018
Bétonsalon - Centre d'art et de recherche & Villa Vassilieff
Marie-José Burki
2017
CRP/ Centre régional de la photographie Hauts-de-France
Éléonore Saintagnan
2019
La Criée Centre d'art contemporain
Ricardo Jacinto
2017
Centre d'art contemporain de la Ferme du Buisson
Colette Hyvrard
2015
Le 19 CRAC - Centre régional d'art contemporain

Lire aussi 1

Lire aussi