Goldschmied & Chiari - La démocratie est illusion

 


"Le tour de la métamorphose", 2012 © Goldschmied & Chiari et Lotta Melin, 2012.

 

Du 8 février au 3 mai 2014
dans le cadre de PIANO – Plateforme franco-italienne d’échanges artistiques

¬

 

Pour leur première exposition en France intitulée La démocratie est illusion, le duo d’artistes italiennes Goldschmied & Chiari explorent les similitudes entre les pratiques de l'illusionnisme et celles des services secrets, toutes deux utilisées dans la représentation de la tromperie pour persuader et fasciner le spectateur.

À travers différents médias comme le collage, la photographie, les installations, la vidéo mais aussi des matériaux éthérés comme le sable, la fumée, les dispositifs scéniques et les miroirs, Goldschmied et Chiari construisent un ensemble imaginaire dans lesquelles les opérations secrètes durant la guerre froide sont mises en scène à travers les tours de mains et les matériaux utilisés par les plus grands illusionnistes de l'histoire.

Une grande partie des œuvres exposées révèle l'inspiration et les influences des plus grands magiciens et principalement les célèbres tours de Harry Houdini comme Le dispositif de disparition de l'éléphant, Le tour de l'aiguille, La chambre aux tortures, Le tour de la métamorphose, ou encore Le tour des menottes. Ses performances d’évasion, les luttes et les challenges extrêmes ont fait de lui un personnage unique.

Les illusionnistes Jasper Maskerlyne et John Mulholland ont également beaucoup influencé le travail de Goldschmied & Chiari. Elles affirment elles-mêmes que ce qui les a essentiellement influencé dans la réalisation de leur projet est « la réelle collaboration durant les opérations militaires majeures entre les magiciens professionnels et les services de renseignements ». Le plus représentatif était l’illusionniste Jasper Maskerlyne qui a servi la MI6 britannique pendant la Seconde Guerre Mondiale en inventant des techniques de camouflage et de déguisement qui ont permis aux Alliés d'arrêter une série d'actions militaires allemandes en Afrique du Nord. Grâce à un jeu de lumières et un dispositif aveuglant fait de miroirs, Maskerlyne a fait disparaître le canal de Suez de la vue des bombardiers allemands. Il a camouflé des milliers de camions citernes. Il a « déplacé » le port d’Alexandrie en réalisant une reproduction de celui-ci en paille, boue et bois à quelques kilomètres du port initial, créant une diversion pour les bombardiers italo-allemands.

Un autre exemple de collaboration : entre le magicien John Mulholland et la CIA. L’illusionniste a écrit un essai classé secret Manuel de la CIA sur la désorientation et dissimulation (CIA Manual of Trickery and Deception) (1950), un manuel de magie qui a fourni aux agents de la CIA des conseils pour déchiffrer les comportements, suggéré des techniques spécifiques pour cacher et dissimuler des documents. Comme le dit l’ancien Directeur de la CIA John McLaughlin, « Tout comme les techniques des magiciens doivent échapper à la détection des spectateurs, alors un officier des services de renseignements qui espionne doit échapper à la surveillance étroite et faire passer des messages et du matériel sans être repéré ».

¬

 

Passerelle Centre d’art contemporain

41, rue Charles Berthelotâ�¨F – 29200 Brest

ouvert le mardi de 14h à 20h et du mercredi au samedi de 14h à 18h30â�¨fermé dimanches, lundis et jours fériés

www.cac-passerelle.com

+33 (0)2 98 43 34 95

contact@cac-passerelle.com

¬

 

Événement associé

Goldschmied & Chiari et Lotta Melin – Hiding the elephant

DañsFabrik - festival de Brest - 22 mars 2014, 18h

 

La performance « Hiding the elephant », chorégraphiée par Lotta Melin est un travail in situ qui interagit et dialogue avec l’exposition du duo d’artistes italiennes Goldschmied & Chiari. Le spectacle s'inspire d'une sélection des histoires des personnages mis en scène dans l’œuvre principale présentée à Passerelle Centre d'art contemporain, une installation constituée de 200 têtes en deux dimensions pendues au plafond. Chacune d’entre elles se compose d'un côté d'un photo-portrait et de l'autre d'un miroir. Tous les personnages représentés sont des politiciens, poètes ou journalistes mystérieusement disparus au cours du 20e siècle pour des raisons politiques. Comme dans un fascinant tour de magie, leurs têtes flottent au milieu de l’espace et inondent les murs de leurs réflexions lumineuses.

Le duo d'artistes et Lotta Melin ont travaillé en collaboration, durant ces deux dernières années, sur l'imaginaire des célèbres tours de magie dans l'histoire et de la relation avec les techniques de dissimulation employées par les services secrets pendant la guerre froide. Elles se sont intéressées à la façon dont les tours de magie et les magiciens concentrent l'attention du spectateur pour faire disparaître ce qui se passe réellement. Leurs recherches ont porté sur les pionniers de l’imaginaire cinématographique : le cinéma surréaliste, Georges Méliès, Jean Cocteau, René Clair, entre autres ainsi qu’à leurs liens avec les premières logiques de manipulation et de représentation de la réalité. 

La performance est réalisée par des acteurs et danseurs professionnels et amateurs locaux.

¬

 

PIANO – Plateforme franco-italienne d’échanges artistiques

 

PIANO – plateforme franco-italienne d’échanges artistiques – est un outil de dialogue et de production artistique binational inscrit dans un rythme adapté à la gamme large des lieux culturels concernés, centres d’art du côté français, musées publics et privés, fondations ou espaces alternatifs du côté italien, en restant ouvert à d’autres acteurs européens.

 

La plateforme PIANO, en référence à ses occurrences dans les deux langues, est pensée à la fois comme un plan de travail et comme un instrument polyphonique offrant une gamme étendue de possibilités de projets selon différents rythmes, pour permettre la mise en commun de propositions artistiques hétérogènes et de moyens de production. Cette orchestration singulière des réseaux franco-italiens fera émerger une nouvelle géographie, des niveaux et des modalités différentes de travail entre les structures et les artistes. A l’image du « Piano préparé » de John Cage, la plateforme invite à un usage renouvelé des instruments d’échange culturel, en favorisant des alliances innovantes, une hybridation et la conjugaison des sensibilités.

 

PIANO répond également à la nécessité, dans un contexte de crise mondialisée touchant les artistes, les professionnels de l’art et leurs structures, de réinventer des manières de travailler ensemble, de coproduire et d’optimiser la diffusion des œuvres.

 

Initiée par d.c.a / association française de développement des centres d’art, avec le soutien de l’Institut français d’Italie, du ministère de la Culture et de la Fondation Nuovi Mecenati, la plateforme PIANO permettra à des acteurs du monde de l’art contemporain jouant en France et en Italie un rôle essentiel dans la construction et le soutien des scènes artistiques de ces deux pays, de dialoguer et de travailler ensemble dans une perspective internationale en élargissant progressivement son cercle aux autres acteurs des scènes artistiques transalpines jusqu’en 2015. 

 

La première gamme de projets artistiques produits dès 2014 dans le cadre de la plateforme PIANO, reflète d’ores et déjà à la fois la diversité et la singularité des lieux partenaires qui se rejoignent autour d’approches curatoriales novatrices et partagent une mission d’expérimentation et de production autour de la création : 

 

Passerelle, centre d’art contemporain (Brest)

Villa Croce, Musée d’art contemporain (Gênes)

La démocratie est illusion

 

CAC Brétigny Centre d’art contemporain (Brétigny-sur-Orge)

Museion, Musée d’art contemporain (Bolzano)

Soleil politique

 

Maison des Arts Georges Pompidou (Cajarc)

Chapelle Saint Jacques, centre d’art contemporain (Saint Gaudens)

Le BBB, centre d’art (Toulouse)

Care Of, Espace d’art contemporain (Milan)

Dolomiti contemporanee, laboratoire d’arts visuels (Belluno)

Piano – alto !

 

Cneai = centre national edition art image (Chatou)

MACRO, Musée d’art contemporain (Rome)

Ephemera

 

Centre d’art contemporain d’Ivry – le Crédac (Ivry-sur-Seine)

Parc Saint Léger, centre d’art contemporain (Pougues-les-Eaux)

Fondazione Giuliani per l’arte contemporanea (Rome)

BKM, de Vleeshal (Middelburg, Pays-Bas)

The Registry of Promise

 

Centre national d’art contemporain de la Villa Arson (Nice)

Kunst Meran - Merano Arte (Merano)

From One To

 

 

Ainsi les propositions artistiques se déclineront sous des formats divers, de la résidence croisée d’artistes dans les deux pays, à l’invitation à des curateurs internationaux (Adrienne Drake, Stefania Meazza, Chris Sharp) qui proposeront un projet pensé et articulé aux différentes structures partenaires, à des commissariats partagés par les directeurs des lieux présentant aussi bien une scène artistique européenne dite émergente comme le duo italien Goldschmied & Chiari, que des artistes de renommée internationale parmi lesquels Maurizio Cattelan, Lili Reynaud Dewar, Luciano Fabro, Jochen Lempert.

 

Télécharger "Dossier de presse" (PDF)