3 bis f - centre d'art

JOREIGE & HADJITHOMAS / Khiam : l'emploi du temps

du 4 juin au 4 juillet 2013

En 1999, alors que le sud du Liban est encore occupé et que nous n’avons pas d’images du camp de détention de Khiam, nous rencontrons 6 détenus récemment libérés pour évoquer l’expérience de la détention, le rapport qu’ils ont développé à l’art et nous interroger sur les modes de représentation. En mai 2000, le camp est libéré et transformé en musée, lors de la guerre de Juillet 2006, il est complètement détruit. Il est question de le reconstruire à l’identique. Nous avons alors retrouvé les 6 détenus que nous avions filmés en 1999 pour évoquer avec eux le démantèlement puis la destruction du camp, la mémoire, l’Histoire, la reconstitution et le pouvoir de l’image.

¬

 

Abbaye Saint-André, Centre d'art contemporain

Pensé(z) Cinéma

du 24 mars au 23 juin 2013

Les rapports entre cinéma et arts plastiques ont été plusieurs fois traités, sous l’angle d’échanges croisés d’influences entre cinéma et peinture. Le cinéma a longtemps interpellé les plasticiens parce qu’il répondait mieux que la photographie à deux de leurs préoccupations les plus constantes : la lumière et le mouvement.

Cette exposition présente des travaux qui interrogent les dispositifs techniques (prise de vue, plateau, décor) ; la construction de l’objet filmique : scénario, plan séquence, montage… ; le temps et l’espace de la projection ; les discours : critiques ou publicitaires, tant au niveau des acteurs que des spectateurs ; les manipulations enfin dont le film peut-être l’objet, plus précisément le détournement qui est un enfant plutôt illégitime du doublage.

¬

Limousin : l'exception culturelle

du 7 juillet au 7 novembre 2013

S’associant aux 30 ans du FRAC Limousin (Fonds Régional d’Art Contemporain) et de la décentralisation et aux 20 ans du Craft (Centre de Recherhces sur les Arts du Feu et de la Terre), le Centre d’art contemporain a décidé de consacrer son exposition de l’été 2013 à l’exception culturelle du Limousin, dans le domaine qui est le sien : la création contemporaine.

¬

 

BBB centre d'art

Les Danaïdes

du 20 au 30 mars 2013

Les jeunes artistes invités se saisissent de ce moment d’exposition pour développer de nouvelles œuvres ; tester la pratique collective à côté de leur pratique individuelle… et rebattre les cartes de leur projet pour une dynamique à partager avec tout un chacun.
L’espace d’exposition, c’est avant tout un laboratoire d’idées, un générateur de formes, une prise de risque, un espace d’expérimentation… même pour l’exposition la plus aboutie. Rien de mieux pour le rappeler que d’accueillir un projet work in progress de jeunes diplômés de l’Isdat.

> dans le cadre du programme L’été indien regroupant les diplômés de l’Isdat-département Beaux-Arts

¬

Vanadale - Guillaume Pinard

du 24 mai au 13 juillet

Pour saisir ce que recouvre « vandale », qui se pose comme une interjection brutale et définitive, il faudra faire l’expérience de l’exposition au centre d’art – un espace dédié à la préservation des œuvres plutôt qu’à leur destruction. Guillaume Pinard y présente des dessins, pour beaucoup des reproductions chevronnées de classiques de notre histoire culturelle occidentale.

Programmation associée du Festival International d’Art de Toulouse

¬

Vincent Ganivet - MANIPULES

du 2 octobre au 18 décembre 2013

Un projet sculptural à échelle du lieu, une production d’œuvre in situ qui envisage l’espace d’exposition comme un terrain de jeu – construction, échelle équilibre, pour un artiste qui amène finesse et radicalité dans la libre interprétation de l’utilisation de matériaux bruts de décoffrage.

¬

Le geste premier

du 20 novembre au 18 décembre 2013

Faycal Baghriche, Ismaïl Bahri, Marguerite Duras, Vincent Ganivet, Thierry Mouillé, Yazid Oulab, John Wood and Paul Harrison.

 

«Le geste premier» est une exposition dédiée au dessin, aux relations sensibles, intuitives comme aux élaborations conceptuelles dont il est le fruit et l'objet.
Par le truchement de la vidéo ou du film,  la dimension performative de l'enregistrement visuel et sonore et l'épaisseur de l'image, c'est la force vive du dessin comme champ primordial d'expression qui se rappelle, se signale et s'incarne pour le spectateur.

¬

 

CAC Brétigny

SEXTET - The Tiger’s Mind Re-Iterated

du 23 mars au 27 avril 2013

Avec Beatrice Gibson, Will Holder, Alex Waterman, Jesse Ash, Céline Condorelli et John Tilbur et les contributions de Matthieu Saladin, Annie Vigier & Franck Apertet (les gens d’Uterpan), Dominique Mathieu, Vier5 et Pierre Bal Blanc, guest starring : Marcello Maloberti

SEXTET – The Tiger’s Mind Re-iterated au CAC Brétigny explore le processus de l’adaptation de la partition de Cornelius Cardew à l’écran en le réitérant successivement avec les mêmes personnages et de nouveaux à l’occasion de la présentation du film de Béatrice Gibson pour un espace d’exposition.

 

 

¬

Matthieu Saladin - There's A Riot Goin' On

du 9 juin au 20 juillet 2013

Comme énoncé d’exposition et programme de production, There’s A Riot Goin’ On devient l’intitulé d’une série dispersée d’annonces, d’actions, de publications, de logiciels, d’invitations, de manifestations sonores et d’événements, qui s’activeront et se déploieront durant toute l’année 2013 au CAC Brétigny, dans l’espace public, dans la presse et sur internet. Mais l’invisibilité et l’inaudibilité signifiées par le morceau qui lui donne son titre ne concernent plus seulement ici une supposée révolte sourde ; elles touchent également à des aspects de la vie sociale et économique qui échappent à l’appréhension directe, par leur caractère immatériel et/ou leur omniprésence, et qui néanmoins orientent et modèlent les attitudes, les conduites et les discours, les rapports sociaux et les activités quotidiennes.

¬

Compagnie Studio Laroche-Valière : Jonctions, Situation I - Situation II (création)

du 8 au 22 septembre 2013

Le CAC Brétigny présente l’œuvre chorégraphique «Jonctions» («Situation I» et «Situation II») créée par François Laroche-Valière dans la configuration exceptionnelle de liaison architecturale du centre d’art et du plateau du théâtre adjacent. L'oeuvre est activée et en accès libre pour une durée étendue de dix jours.

¬

Thibaud Croisy - Gymnase nihiliste

du 9 novembre au 14 décembre 2013

Le Gymnase nihiliste est une assemblée de spectateurs chargée d’examiner plusieurs projets d’art vivant destinés à voir le jour. Les membres de ce Gymnase, au nombre de dix, s’engagent dans un processus de travail collectif pour analyser les enjeux de chaque projet, la place qu’ils occupent dans le parcours de l’artiste et leur inscription dans le paysage culturel. Au terme de ses investigations et de ses débats, le Gymnase retient un projet dont il suspend définitivement la mise en œuvre et qui ne sera donc jamais réalisé.

¬

 

Centre d'Art Bastille

Olivier Sévère - Ci-dessous

du 3 février au 31 mars 2013

Le process de l’exposition qu’Olivier Sévère a imaginé pour le cab se lit à l’aune de l'évolution dans le travail de l’artiste. "Ci-dessous" présente ainsi un ensemble de pièces récentes qui donne à voir le résultat des dernières recherches de l’artiste sur la matière et son origine, sur la matière et les formes qu’elle induit, naturellement.

¬

OUTSIDER (un geste à part)

du 7 avril au 9 juin 2013

OUTSIDER est une proposition de Maxime Ciancia, Remi Dercamp, Laurène Ermacore, Marion Germain et Lilia Labaied, étudiants de l’atelier commissariat géré par le CAB pour le compte du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur Université de Grenoble, Bureau Culture et initiatives étudiantes dans le cadre de la semaine thématique «La folie».

 

Avec Marina Abramovic, Francis Alÿs, Joël Bartoloméo, Basserode, Nathalie Brevet & Hugues Rochette, Mathieu Briand, Sophie Calle, Alexandra David, Richard Fauguet, Antoine Felix, Daniel Firman, Daniel Johnston, Clement Page, Pipilotti Rist, François Roux, Roman Signer.

¬

Nicolas Darrot - Providence

du 23 juin au 15 septembre 2013

Si Nicolas Darrot a choisi d’appeler son exposition « Providence », ce n’est certainement pas le fruit du hasard. La providence, c’est cette idée d’une aura supérieure qui conduit événements et créatures vers le destin qu’elle leur a assigné. C’est cette idée que finalement tout est écrit à l’avance, que tout réside dans un scénario, un récit dont nous n’aurions pas forcément connaissance, un récit qui se construit dans les méandres intouchables de son créateur.

¬

 

Centre d'art contemporain / Passages

matali crasset - La filière imaginaire

du 15 février au 12 avril 2013

L’exposition de matali crasset au Centre d’art contemporain / Passages, intitulé « La filière imaginaire » a la particularité d’être réalisé principalement avec des cornières en carton, de développer une fiction à la fois créative, économique et semi-industrielle.

L’installation propose de voir tour à tour un lieu decroissance de la matière, un espace pour s’y poser, un atelier, une fabrique, un espace de recherche, un laboratoire, un lieu de production et intègre les recherches réalisées lors du Workshop avec plus d’une quinzaine d’étudiants de l’École supérieure de design de Troyes.

¬

Julien Carreyn

du 31 mai 2013 au 26 juillet 2013

À quoi ressemblera réellement l’exposition de Julien Carreyn ?
Le mystère planera jusqu’à la dernière minute. Il y a tout de même fort à parier que ces livres et vitrines présenteront des photos qui ressemblent à des dessins et inversement, une jeune fille perdue dans un centre d’art, un petit chien amusant, un boulot de 2008 autour d’une grande maison et des romans-feuilletons du début XXe siècle, des dessins empruntés à des collectionneurs, des seins à larges aréoles, un atelier de découpage imaginaire, un laboratoire souterrain et peut être des centres de stockage de déchets radioactifs. Il s’agit de bilans en images des corpus et territoires que Julien Carreyn a exploré en photographie avec ses modèles, ou bien à travers le dessin.

¬

Gaël Davrinche

du 20 septembre au 15 novembre 2013

De 2006 à 2010, Gaël Davrinche se plaît à réinterpréter, les visages emblématiques, peints par les grands maîtres depuis la Renaissance à l’époque moderne : de Léonard de Vinci à Frida Khalo, en passant par Van Eyck, Rembrandt, Velasquez, Vermeer, Ingres ou Soutine. Il force le détail qui lui paraît essentiel. Gaël Davrinche s’intéresse à ses contemporains affublés d’objets du quotidien, avec une rigueur et un réalisme exacerbés. L’artiste détourne et coiffe ses modèles d’accessoires dont la personnalité se trouve parasitée, effacée, une fois encore reléguée au second plan, ce qui lui permet d’interroger la légitimité d’un tel genre à l’aire du tout numérique, bien loin de l’époque du portrait de commande…

¬

 

Centre d'art contemporain de la Ferme du Buisson

« Le signe singe » Julien Bismuth et Virginie Yassef

du 21 avril au 27 octobre 2013

Virginie Yassef et Julien Bismuth échangent, parlent et se promènent ensemble depuis des années. En 2011, ils initient un premier travail en collaboration : Untitled Dialogue, rencontre du troisième type entre un homme et un singe, filmée dans une chambre de palace parisien... C'est à la suite de ce projet qu'est venue l'idée de les réunir pour une exposition à deux voix où les œuvres de l'un et de l'autre se répondent dans l'espace et dans le temps. Cette exposition évolutive est une manière de continuer à tisser le fil de leurs idées, attirances et obsessions communes, à partir d'une fable de l'écrivain argentin Leopoldo Lugones, Yzur, dans laquelle le devenir animal fait écho à l'intérêt des deux artistes pour les expérimentations scientifiques, l'apprentissage, le rapport au corps et au langage et à une certaine théâtralité...

 

¬

Chorégraphier l’exposition - Un livre et un festival de Mathieu Copeland

Samedi 30 novembre, de midi à minuit

Formidable panorama des relations entre chorégraphie et exposition, le livre Chorégraphier l’exposition de Mathieu Copeland réunit une trentaine d’artistes, chorégraphes, musiciens, cinéastes, théoriciens et commissaires d’exposition. À l’occasion de sa parution, la Ferme du Buisson invite Mathieu Copeland à investir le théâtre, le cinéma et le centre d’art, pour un événement exceptionnel fondé sur l’occupation de la durée – 12 heures. Ce festival se déploie en trois volets : des  tables-rondes réunissant les auteurs autour des thèmes abordés dans la publication, une programmation de films rares et des « œuvres du temps », imaginées spécifiquement par les artistes et confiées à trois mêmes interprètes.

¬

 

Centre d'art et photographie de Lectoure

La vie rurale

du 19 janvier au 17 mars 2013

Pour cette deuxième édition de La vie rurale, le Centre d’art et photographie de Lectoure présente deux expositions :
Fire - Rockne, Bastrop County, Texas de Lucy Helton, vues lunaires d’une campagne couverte de cendre après un gigantesque incendie
Western Mantra d’Anne-Lise Seusse, qui a photographié une campagne investie par des activités de loisirs (ball-trap, moto-cross, Second Life…). Espaces inéfinissables, entre l’urbain et le naturel, ces zones a priori sans qualité ni identité se marquent peu à peu d’un relief et d’un imaginaire bien particuliers.

¬

L'été photographique de Lectoure

du 20 juillet au 25 août 2013

Comme à chaque édition, l’Été photographique privilégie les découvertes : les expositions de Guillaume Herbaut et Renaud-Auguste Dormeuil, Pierre-Lin Renié, Annette Merkenthaler ont été créées pour l’Été photographique ; celles des artistes polonais, dont le commissariat est assuré par Patrick Komorowski et Gunia Nowik, n’ont pour la plupart jamais été montrées en France.

¬

 

Centre d'art le LAIT Laboratoire artistique international du Tarn

Echos #2

du 23 janvier au 3 mars 2013

Echos #2, programme de films de danse et d’art, propose un focus sur le dialogue qu’entretiennent ces deux disciplines depuis plusieurs décennies. Pour la deuxième année consécutive, la sélection retenue s’oriente vers des pratiques de danse qui expérimentent plus particulièrement l’espace (physique, mental et espace scénique) et la création chorégraphique, et des pratiques d’art contemporain qui explorent des aspects traditionnellement réservés au spectacle vivant.

¬

Collection LGR – Découpages

du 13 mars au 16 juin 2013

Frédéric Lecomte / Pascal Pinaud / Xavier Theunis
L'exposition Collection LGR – Découpages valorise l'engagement des collectionneurs privés auprès des artistes, notamment les plus jeunes : prise de risque, accompagnement des artistes, construction d'une démarche... Les enjeux sont réels et leur implication essentielle.

¬

Porosités

du 23 mars au 9 juin 2013

Armelle Aulestia / Maja Bajevic et Emanuel Licha / Elisabetta Benassi / Guy Ben-Ner / Kelly Lamb / Martin le Chevallier / Aernout Mik / Valérie Mréjen / Sam Samore / Annika Ström / Artur Zmijewski

Porosités évoque les contaminations réciproques d’espaces extérieurs et d’univers intérieurs, par une mosaïque de regards objectifs et subjectifs sur le monde, la façon d’y vivre et de se mouvoir. Paysages urbains, architectures, lieux publics, relations humaines, travail, valeurs d’échanges forment les contextes chaotiques dans lesquels s’énoncent des modes de vie et des comportements caractéristiques de la société actuelle, entre rythmes stimulants et désenchantement.

¬

Jeanne Susplugas : All the world's a stage

du 22 juin au 27 octobre 2013

Le travail de Jeanne Susplugas interpelle les questions de société, les modes de vie actuels et leurs aberrations. Le rapport à soi, à l’autre, les modes d’échanges et leur dimensions intime, spirituelle et psychologique, sont au cœur du propos de cette exposition. Entre fascination et répulsion, fusion et rejet, entre le réel et l’intime, se joue la question de l’enfermement en soi et de l’apparition de l’autre.

¬

Home sweet home

du 6 au 22 novembre 2013

Home Sweet Home regroupe une sélection d’estampes issues du fond de l’artothèque départementale du Collège Jean-Jaurès à Albi, autour de l’idée du « chez soi ». Qu’est ce qui définit cet espace mental et physique ? Comment est-il représenté ? De quoi cette sensation est-elle composée ? Quelles histoires évoquent ces espaces intimes et souvent partagés ? Par diverses techniques, les artistes nous invitent à nous approcher de ces lieux imaginaires et sensibles, à découvrir des paysages, des mondes intérieurs et des constructions architecturales singulières.

¬

 

Centre d’art contemporain - la synagogue de Delme

Meeting House - Christian Hidaka

du 9 mars au 19 mai 2013

En explorant la peinture de paysage, Christian Hidaka réussit à renouveler avec une extrême singularité un genre pourtant millénaire. A Delme, il présente plusieurs facettes du travail qu’il développe depuis dix ans, et qui combine divers motifs : les déserts, les grottes ou les montagnes déploient des labyrinthes mentaux irréels, dans lesquels l’œil sinue à l’infini.
Vertigineuse, la diversité des styles et des techniques picturales employés par Christian Hidaka est l’expression d’une incroyable liberté d’esprit, d’une joie intense et communicative de création, à même de nous embarquer dans des voyages intérieurs, où la peinture fait office de passage.

¬

Susan Hiller - Channels

du 9 juin au 29 septembre

Exposition personnelle de Susan Hiller. Artiste américaine, résidant à Londres depuis 1969,Susan Hiller est une des artistes les plus influentes de la scène britannique depuis 40 ans. L'oeuvre Channels a été produite par Matt’s Gallery à Londres et est présentée dans une version française enregistrée pour l’occasion par le centre d’art. Channels est un immense mur de couleurs et de sons, composé de plus d’une centaine de téléviseurs analogiques, dont les écrans bleu et gris, les voix désincarnées et le grésillement de bruits blancs forment un collage de témoignages d’expériences de mort imminente, savamment orchestrés par l’artiste.

¬

 

Centre d’art contemporain d’Ivry - le Crédac

Koenraad Dedobbeleer - Workmanship of Certainty

du 18 janvier au 31 mars 2013

Les sculptures de Koenraad Dedobbeleer (artiste belge né en 1975) fonctionnent comme des simulacres d’objets fonctionnels et courants, qui, déplacés dans un contexte d’exposition et ainsi libérés de leur fonction d’usage, s’offrent comme des supports ambigus et disponibles à l’interprétation. Chaque œuvre se présente tout à la fois comme un objet quotidien, issu de la sphère domestique (pièce de mobilier, ustensile, outil) et un objet esthétique, répondant aux critères du design et de la sculpture : tables, cloisons ou colonnes sont démesurément agrandies ou encore démantelées pour être reconstruites différemment.

¬

Lara Almarcegui - Ivry souterrain

du 19 avril au 23 juin 2013

Depuis le milieu des années 1990, Lara Almarcegui s’intéresse aux interstices urbains et suburbains : terrains vagues, souterrains, ruines et chantiers, autant d’espaces habituellement ignorés qu’elle étudie avec rigueur pour en transmettre l’expérience.
Invitée dès 2010 à mener une recherche sur le territoire d’Ivry-sur-Seine, Lara Almarcegui s’est orientée sur la réalité souterraine de la ville. L’exposition rassemble ainsi une sélection de projets de l’artiste autour d’une nouvelle publication intitulée Ivry souterrain.

¬

Michel Aubry - The Searchers

du 20 septembre au 15 décembre 2013

Michel Aubry (né en 1959, vit à Paris) déploie une œuvre programmatique, consistant souvent à interpréter des objets ou œuvres emblématiques de la modernité à travers un vocabulaire formel issu de différents artisanats. Le processus de fabrication y est central, régi par un protocole de production subvertissant le rapport entre original et copie. Pour son exposition au Crédac, Michel Aubry présente des réinterprétations d’architectures éphémères et prototypes de mobilier présentés par l’Union Soviétique à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes de Paris en 1925.

¬

 

Centre international d’art et du paysage de l’île de Vassivière

"Terre de profondeur" Dominique Ghesquière

du 20 janvier au 31 mars 2013

En écho au caractère artificiel de l’île de Vassivière, le Centre international d’art et du paysage invite Dominique Ghesquière à concevoir pour ce site unique un ensemble d’œuvres dont la fragilité se mesure à la puissance de l’architecture.


¬

Ian Kiaer

du 14 avril au 23 juin 2013

Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste britannique Ian Kiaer propose une relecture de l’architecture du centre d’art conçu par Aldo Rossi et Xavier Fabre en 1986-1988 et érigé sur l’île de Vassivière en 1989-1991.
À travers un ensemble d’œuvres nouvelles, toutes conçues pour le lieu, Ian Kiaer revient sur la dimension visionnaire de cette architecture, dressant un parallèle entre la pensée d’Aldo Rossi et les projets utopiques d’architectes tels qu’Étienne-Louis Boullée et Claude Nicolas Ledoux au XVIIIème siècle.

¬

"Agir dans ce paysage"

du 7 juillet au 29 septembre 2013

L'exposition reflète diverses manières d’agir, à travers l’art, dans le paysage. Les œuvres des neuf artistes invités apparaissent comme diverses traductions de la présence humaine dans une nature que l’exploitation des ressources et les aménagements successifs ont déjà largement contribué à transformer. C’est dans cette toile de fond que peuvent advenir de multiples situations, mises en scène et assemblages mêlant la tradition à l’artifice. Anti-spectaculaires, ces infimes arrangements révèlent un rapport intime et synesthésique aux matières, sons et couleurs du paysage. Dans ces lieux, un geste, si discret soit-il, suffit à évoquer un rituel, et une bribe contient en soi un langage.

Avec Mélanie Blaison, Julie Chaffort, Julien Dubuisson et Maggy Cluzeau, Anita Molinero, Dominique Petitgand, Reto Pulfer, Pierre Redon, Anne-Lise Seusse.

¬

 

Centre National d'Art Contemporain de la Villa Arson

"Aequador" Laura Huertas Millán / "Ici, là bas, et Lisboa" João Vieira Torres

du 2 février au 26 mai 2013

La Villa Arson réunit dans l'espace de la Galerie Carrée les films de deux jeunes artistes issus du Fresnoy - Studio national des arts contemporains, Laura Huertas Millán et João Vieira Torres, et présente dans le prolongement de cette exposition vidéo une sélection de 14 films (également produits par Le Fresnoy) abordant par différentes approches la notion de frontières – réelles ou imaginaires – à la fois personnelles et collectives.


¬

Entrée libre mais non obligatoire / Noël Dolla

du 30 juin au 21 octobre 2013

Une exposition mono/polygraphique de Noël Dolla, Une flânerie joyeuse dans le dédale architectural de la Villa Arson.
Entrée libre mais non obligatoire dit la volonté de Noël Dolla de sublimer les 23 000 m2 de la Villa Arson avec la complicité amicale de nombreux artistes. Briser la règle de la bonne ordonnance du point de VUE UNIQUE, perturber les modalités d'exposition des oeuvres d'art par une alchimie "d'invasions" et de "débordements" de la totalité des espaces de l'école nationale supérieure d’art, des galeries du centre d’art, des jardins et terrasses qui ne formeront plus qu’un lieu UNIQUE d’expérimentation artistique.

¬

 

Centre Photographique d'Île-de-France

TOPOÏ - ARNO GISINGER

du 19 janvier au 31 mars 2013

Ses projets proposent une relecture contemporaine de l’écriture de l’histoire et des lieux ou non-lieux de mémoire, notamment liés à la seconde guerre mondiale. Son travail met à l’épreuve la représentation visuelle du passé à travers ses différentes formes et figures : témoins, objets, lieux. La fonction de l’archive, le statut du document et la parole du témoin sont au coeur de ses préoccupations artistiques.

¬

Quel travail ?! - Manières de faire, manières de voir

du 14 avril au 30 juin 2013

L’exposition rassemble des oeuvres d’artistes de plusieurs générations qui utilisent l’image photographique, vidéographique et l’installation. Que les oeuvres en jeu s’intéressent aux gestes, aux relations, aux sujets, aux contextes, cette exposition collective questionne les changements ou permanences, la place de l’individu dans le monde du travail et ses représentations dans l’art aujourd’hui.

Avec des oeuvres de : Jesus Alberto Benitez, Caroline Bach, Laëtitia Badaut Haussmann, Claire Chevrier, Olivia Gay, Ilanit Illouz, Ali Kazma, Suzanne Lafont, Antoine Nessi, Julien Prévieux, LaToya Ruby Frazier, Gilles Saussier, Allan Sekula, et Bruno Serralongue

¬

Guy Tillim - Second Nature

du 15 septembre au 22 décembre 2013

Après avoir présenté les séries Jo’burg et Avenue Patrice Lumumba en 2009 à la Fondation Henri Cartier-Bresson à Paris, Guy Tillim dévoile de manière inédite en France le projet Second Nature, qui rassemble deux séries réalisées en Polynésie Française et au Brésil, à São Paulo, entre 2010 et 2011.
Cet ensemble explore la capacité de la photographie à restituer le paysage, naturel ou urbain, en convoquant une problématique inhérente à la représentation du paysage : Dans quelle mesure fabrique-t-on une scène et dans quelle mesure la laisse t-on s’exprimer pour ce qu’elle est ?

¬

 

Centre Régional d'Art Contemporain Occitanie

L'encyclopédie du naufragé - Pauline Fondevila

du 8 février au 21 avril 2013

C'est un travail qui parle de précarité, mais pas seulement comme faiblesse ou fragilité, d’une précarité moteur, lieu de possibles et d'utopies. Comment survivre quand on est seul sur une île ? Que faut-il commencer par apprendre ? par oublier ? par remémorer ? par construire ? par écrire ? par dessiner ? Comment vivre avec peu ? que faire quand on a trois fois rien ? comment produire léger et ambitieux à la fois ?" Les 252 dessins présentés seront associés à de nouvelles séries dont « Je chante pour les poissons »), et à un mural intitulé «Les poissons chantent pour tout le monde».

¬

Matières Premières - Paul Pouvreau

du 8 février au 26 mai 2013

Matières premières propose de rassembler un ensemble d’œuvres (photographies, vidéo, mural, affiches) dont certaines mettent en scène des éléments de paysage ou suggèrent une architecture en voie de disparition. Le projet Archi comble présenté dans les espaces du centre d’art et associé à cet ensemble s’étendra dans la ville et sa périphérie pour mettre en jeu une perméabilité entre intérieur et extérieur.

¬

Tendre - Olivier Nottellet

du 8 février au 26 mai 2013

«C’est un espace entier, discontinu, mais entier.
Un moment suspendu entre l’échelle monumentale du lieu et l’expérience de son arpentage.
3 salles, 3 moments, qui articulent une déambulation plus qu’un récit.
Les plans, les pans, les formes se conjuguent dans un souci permanent d’une mobilité des corps, des regards, des raisonnements.
Se fondre lentement au plaisir pictural d’un 7 à Sète.» Olivier Nottellet

¬

Helpless - Pierre Ardouvin

du 28 juin au 22 septembre 2013

L’exposition donne à voir la diversité d’une pratique qui sonde les interstices de la mémoire collective et individuelle au travers de multiples installations, dispositifs sonores, sculptures, dessins et collages.“Helpless” (en français “sans défense”, “désarmé”) propose une succession d’environnements composant une sorte d’archipel aléatoire à découvrir au fur et à mesure de nos déambulations à travers les volumes et l’architecture du CRAC.

¬

 

Chapelle Saint-Jacques centre d'art contemporain

"UNTITLED BEFORE CHRIST" de GROUT / MAZÉAS

du 30 mars au 22 juin 2013

Nouvelle production de Sylvain Grout & Yann Mazéas. "Untitled before Christ" se joue des principes du cinéma. Cette oeuvre sème le désordre et, avec une précision jubilatoire, le binôme fabrique un projet à haut risque...

Voir le focus sur la réouverture du centre d'art > cliquer ici

¬

Guy Reid - Nous

du 13 juillet au 5 octobre 2013

Sculpteur sur bois et plus précisément sur tilleul, Guy Reid réalise des oeuvres, dans une épure, un geste contenu, relatif à la sphère intime. Cet artiste mène, en continue, une réflexion autour du volume et de son échelle dans un rapport fort aux espaces, proche d’un travail d’installation. Au centre d’art contemporain Chapelle Saint-Jacques, sa proposition NOUS réunira un ensemble de pièces en ronde-bosse et bas-relief autour de cette figure qu’est Andrew, son compagnon, le pivot et la figure maîtresse de cette exposition.

¬

 

CIRVA

Ici, ailleurs

du 12 janvier au 31 mars 2013

Pour l'inauguration de la Tour-Panorama, un nouveau lieu de diffusion dédié à l’art contemporain à Marseille, une ambitieuse exposition, dont le commissariat est assuré par Juliette Laffon, invite des artistes contemporains des deux rives de la Méditerranée.

 

Tour-Panorama, Friche de la Belle de Mai,
41 rue Jobin, 13003 Marseille
http://www.mp2013.fr/ici-ailleurs/

¬

Laps - Marie-Ange Guilleminot

du 20 février au 22 avril 2013

La Cité de la céramique présente l'exposition « Laps » pensée et réalisée par Marie-Ange Guilleminot. Cette artiste soucieuse de créer une relation entre ses œuvres, le public et elle-même, conçoit son exposition comme une expérience à vivre, sans cesse en devenir où les espaces d'exposition sont articulés autour d'installations et rythmés par des performances.

 

Sèvres - Cité de la céramique
www.sevresciteceramique.fr

¬

Un architecte dans l'atelier, Ettore Sottsass

du 20 février au 22 juillet 2013

L’exposition rassemble pour la première fois la totalité des œuvres réalisées par l’architecte et designer italien Ettore Sottsass lors de ses séjours à la Cité de la céramique de Sèvres et au Centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques, situé à Marseille. Cet ensemble exceptionnel couvre une période de création d’une dizaine d’années environ, allant de 1994 à 2006.

Sèvres - Cité de la céramique

¬

Mon île de Montmajour

du 5 mai au 3 novembre 2013

Dans le cadre de Marseille Provence 2013, le Centre des monuments nationaux donne carte blanche à Christian Lacroix pour recréer « L’île de Montmajour » de son enfance et de son imaginaire en présentant une sélection d’œuvres d’art contemporain du CIRVA et de galeries, accompagnée de vêtements, d’objets religieux, de costumes d'opéra. Il crée ainsi un monastère-factory intemporel, un « conservatoire-laboratoire » de l’imaginaire...

Oeuvres de Pascal Broccolichi, James-Lee Byars, Pierre Charpin, Erik Dietman, Hreinn Fridfinnsson, Paul-Armand Gette, Jackie Matisse-Monnier, Jean-Luc Moulène, Jean-Michel Othoniel, Giuseppe Penone, Javier Perez, Gaetano Pesce, Ettore Sottsass, Jana Sterbak, Bob Wilson et Terry Winters, réalisées au CIRVA.

Abbaye de Montmajour, Arles

monuments-nationaux.fr

¬

Le Pont

du 25 mai au 20 octobre 2013

Présentation de l'œuvre Scrittoio, Istituto di traduzione parte II réalisée au CIRVA par Giuseppe Caccavale.

Musée d'art contemporain [mac], Marseille

¬

Nuage

du 25 mai au 30 octobre 2013

Inscrite dans la programmation de Marseille-Provence 2013, l’exposition « Nuage » est un projet global qui répond de manière innovante et totalement contemporaine à l’un des axes forts de l’événement : l’eau.

Présentation de l'œuvre Levitas réalisée au CIRVA par Javier Perez.

Musée Réattu, Arles

¬

Les Papesses

du 9 juin au 11 novembre 2013

C’est sous l’égide de la figure emblématique de Jeanne La Papesse qu’ont été sélectionnées cinq femmes artistes, telles des Papesses de l’art moderne et contemporain : Camille Claudel, Louise Bourgeois, Kiki Smith, Jana Sterbak et Berlinde De Bruyckere.

Présentation d'un ensemble de Planètes réalisées au CIRVA par Jana Sterbak.

PALAIS DES PAPES

COLLECTION LAMBERT EN AVIGNON

¬

Caché derrière les apparences

du 31 août au 14 décembre 2013

Deux lieux engagés pour l'art contemporain, le FRAC PACA et le CIRVA jouent le jeu d'une rencontre qui ne se limite pas à un choix dans des collections, mais qui développe également une réflexion profonde autour du temps. L'invisibilité de la mémoire, son effacement progressif permettent de dépasser l'usage et la fonction des objets, des images, des discours, pour les donner à voir au-delà de leur matérialité, dans leur intangibilité. Ce qu'il y a de plus proche, de plus commun, de plus "infra-ordinaire" pour reprendre l'expression de Georges Perec, c'est ce que souvent l'on ne sait pas voir.

 

Galerie du 5ème, Galeries Lafayette Marseille

Saint Ferréol, 40-48 rue Saint Ferréol

13001 Marseille

marseilleexpos.com

¬

 

cneai =

Pour les chômeurs intellectuels, Antoine Poncet

du 1er mars au 2 juin 2013

Antoine Poncet présente deux études sur une série de timbres édités dans les années 1930 pour soutenir les « chômeurs intellectuels ». La première prend la forme de planches philatéliques avec ces timbres mêmes. La deuxième est constituée d’agrandissements numériques de douze de ces timbres, retravaillés manuellement.

¬

Tremblement - Véra Molnar

du 1er mars au 2 juin 2013

Dans « Tremblement », Véra Molnar, bouscule, brise, repousse les cadres et les lignes, les plus classiques soient-elles, comme le motif de la Grecque, ornement antique formé de lignes brisées effectuant des retours en arrière… Son credo ? Le geste minimal, le mouvement et l’erreur.

¬

L'écho des précédents, par François Aubart

du 4 mai au 25 août 2013

Avec Aurélien Froment, Alexis Guillier, Louise Hervé et Chloé Maillet, Benjamin Seror.
L'écho des précédents réunit quatre travaux d'artistes qui considèrent la façon dont des histoires ou des représentations sont remodelées par les contextes dans lesquels elles apparaissent. Ainsi, plutôt que d’en donner une définition stable et décisive, ils multiplient les points de vue pour proposer une navigation dans les couches interprétatives qui entourent un objet.

¬

Festival Island #3 - Scénario d'été

du 25 au 26 mai 2013 (de 14h à 20h)

Rendez-vous inaugural saisonnier pour les formes vivantes des cultures contemporaines, il mixe performances sonores, visuelles, graphiques, littéraires et scientifiques le temps d'un week-end. Il a lieu dans le parcours d'expositions du Scénario d'été. Gratuit et ouvert à tous.

¬

LUBOK ARTIST BOOKS, PAR HENRIETTE WEBER ET CHRISTOPH RUCKHÄBERLE

du 25 mai au 25 août 2013

Lubok Verlag apporte de Leipzig une sélection de livres d'artistes publiés par Christoph Ruckhäberle. La question de l'exposition du livre apparaît dans leurs dernières publications qui prévoient un déploiement des images au mur.

¬

Projet à sticker, de François Morellet

du 25 mai au 25 août 2013

Pendant le Scénario d’été, les projets à sticker d’un rouge vif primaire habillent les murs. Logées dans les espaces interstitiels, c’est-à-dire les moins nobles et les moins destinés à l’exposition, ces petites courbes minimales sont disposées selon un système aléatoire et créent des interférences tout au long du parcours, en toute liberté. Perturbant l’attention du visiteur, elles se posent comme une parenthèse dans nos pensées, une sorte de sourire détaché.

¬

E IL TOPO À PARIS, PAR ARMANDO DELLA VITTORIA & CO

du 8 juin au 29 septembre 2013

Avec E IL TOPO, Eva Marisaldi et Luca Quartana, Gabriele Di Matteo, Maurizio Cattelan, Emilio Fantin, Dominique Gonzales Foerster, Mark Dion, Stefano Arienti, Luisa Lambri, Vanessa Beecroft, Vedovamazzei... E IL TOPO réapparaît en 2012 après seize années d'absence. L'exposition parcourt l'histoire de la revue. Un focus sur onze images provenant de chaque numéros, des bribes de performances filmées, une sélection d'œuvres sources des projets éditoriaux témoignent de la vitalité du propos. Les nouvelles parutions sont en consultation et en vente dans un espace bookshop scénographié par la rédaction.

¬

Sans matières ajoutées - ABOUT : BLANK

du 22 juin au 10 novembre 2013

A travers un programme au long cours et aux formats multiples – cycle vidéo, festival Island #4, exposition, éditions et événements transversaux – le collectif de curateurs ABOUT : BLANK cherche à remettre en jeu les lieux communs touchant à la dématérialisation de l’art et du monde contemporains. A la lisière entre « rematérialisation » de l’œuvre d’art et captation d’expériences évanescentes, une trentaine d’intervenants déploie toute une gamme de pratiques artistiques qui ne peuvent se réduire à la stricte distinction entre matérialité et immatérialité.

¬

Primavera 2

du 16 novembre au 1er décembre 2013

Une exposition des artistes résidents de la Promotion Hannah Ryggen 2013 de la Dena Fondation For Contemporary Art Avec Riccardo Banfi (IT), Alessandro Di Pietro (IT), Paolo Parisi (IT), Bruce Quek (SG), Laura Stancanelli (IT), Melissa Tan (SG) / Par Valentine Meyer et Andrea Fam (SG)

¬

 

Crac Alsace / Centre Rhénan d'Art Contemporain

Grundfrage (Question fondamentale)

du 17 février au 5 mai 2013

Avec Grundfrage le CRAC Alsace devient une énorme scène présentant tout à la fois un mix d’art et de non-art fortement basé sur le temps, une œuvre d’art totale dispersée (gestreutes Gesamtkunstwerk), un genre d’exposition néo-90s. Bien que cette exposition collective soit thématique, son sujet reste caché au public et n’a été communiqué qu’aux artistes (afin de garder tout didactisme à l’écart de l’exposition). Les œuvres questionnentblack barquoique de manière oblique. Du point de vue de l’histoire de l’art, on pourrait l’associer à la symbolique de la nature morte, et du point de vue du quotidien, aux restes d’une fête.

¬

Susan Vérité - Des méthodes

du 13 juin au 29 septembre 2013

L'exposition associe ainsi des artistes qui « rachâchent », des artistes qui, avec leurs méthodes spécifiques, absorbent des pratiques et des disciplines hétérogènes et font de l’art un curieux outil de connaissance, non pas qu’ils détiennent un savoir, mais plutôt qu’ils le diffusent en le provoquant.

Avec David Lamelas, Deimantas Narkevicius, Sophie Nys, Amilcar Packer, Julia Rometti & Victor Costales, Benjamin Seror, Kristina Solomoukha, Jean-Marie Straub & Danièle Huillet

¬

 

Espace Croisé

Bernard Lallemand - Elements of dreams

du 16 février au 27 avril 2013

L’Espace Croisé a invité Bernard Lallemand à déployer une version particulière de sa nouvelle série, Elements of Dreams. Ce projet spécifique rassemble un corpus d’oeuvres débuté en 2008, et qui combine des vidéos, des photos, des sculptures, des objets, des sons. Chaque présentation de Elements of Dreams nécessite un dispositif adéquat. L’Espace Croisé a voulu faire l’expérience avec l’artiste d’un nouveau dispositif sur son vaste plateau d’exposition de 800 m2.

¬

La Ligne d'Ombre

jusqu'au 13 juillet 2013

Laëtitia Badaut Haussmann, Gaëlle Cintré, Alice Colomer-Kang, Louise Deltrieux, Lucie Deschamps, Arnaud Dezoteux, Rebecca Digne, Rémi Fouquet, Laura Haby Olivier Pierre Jozef, Gwendal Sartre, Sophie Valero, Elise Vandewalle.

 

Depuis quelques années l’Espace Croisé a constaté l’accroissement du nombre de jeunes artistes, dont certains très jeunes et encore étudiants, qui réalisent des vidéos. La Ligne d'Ombre, rend compte de cet engouement de la part de ces très jeunes artistes. 

¬

Lorena Zilleruelo

du 19 octobre au 20 décembre 2013

Du 19 octobre au 20 décembre 2013, l’Espace Croisé présentera une exposition de Lorena Zilleruelo conçue autour de deux installations Notre Tempo, 2013 et Ici c’est ailleurs, 2008 produites et co-produites par le centre d’art contemporain, en relation avec des œuvres antérieures.

¬

Flo Kasearu

du 26 novembre au 20 décembre 2013

Projection de We Are On the Way, une installation vidéo dans laquelle un camion de pompiers potentiellement rempli d'eau se déplace à très faible allure, à cinq ou dix kilomètres heure, dans les rues d'un quartier résidentiel de Tallinn. Le camion qui devrait faire en sorte d'arriver rapidement sur le lieu du sinistre, a perdu sa possibilité de venir en aide, traînant éternellement le long des rues. La capacité du camion et des sapeurs pompiers d'arriver et de secourir quiconque est totalement hypothétique. Le secours et l'éventualité d'un secours ne peuvent qu'être sérieusement mis en doute.

 

¬

 

Espace de l’Art Concret

Yves KLEIN / Claude PARENT - Le mémorial, Projet d'architecture

du 31 mars au 25 août 2013

L'Espace de l'Art Concret organise à partir du printemps 2013 deux expositions autour de l'architecture. Le premier volet est consacré à la collaboration entre Claude Parent et Yves Klein...

¬

Rêves d’architecture

du 12 mai au 27 octobre 2013

Artistes : Simon Boudvin, Vincent Ganivet, Rémy Jacquier, Bertrand Lamarche, Laurent Mareschal, Wesley Meuris, Eden Morfaux, Estefania Peñafiel Loaiza, Eve Pietruschi, Emmanuel Régent, Andrea Sala, Benjamin Sabatier, Veit Stratmann, Wilson Trouvé, Morgane Tschiember.

L’exposition réunira des plasticiens qui intègrent dans leur démarche une réflexion sur l’architecture et reprennent dans leur travail les différentes étapes d'élaboration d'un projet architectural : de la conception à la réalisation, du plan à la maquette en passant par la construction.

¬

 

Galerie Edouard Manet/ Ecole municipale des beaux-arts

Forte taille en eau douce - Antoine Dorotte

du 14 février au 13 avril 2013

Antoine Dorotte développe, non sans malice, une pratique du dessin, de la sculpture et de l’animation autour d’une technique très ancienne, la gravure sur zinc. Il produit dans un aller-retour entre techniques passées et formes contemporaines, des images instantanées dans lesquelles se mêlent par rapprochements et glissements multiples, des références et des emprunts aussi bien à la culture savante qu’à la culture populaire.

¬

Adrien Missika "TEPHRA"

du 16 mai au 6 juillet 2013

Lauréat 2011 du prix de la Fondation d’entreprise Ricard pour l’art contemporain, Adrien Missika développe un travail de photographie, de vidéo, de sculpture et d’installation pour l’essentiel lié à ses voyages.
Ses œuvres marquées d’un fort attrait pour les « monuments oubliés » du modernisme ou les phénomènes naturels, sont autant de moyens de transmettre une relation physiologique au monde. Son exposition à la galerie Édouard Manet, première exposition personnelle en Île-de-France, réunira un ensemble de nouvelles pièces dont une vidéo tournée sur l’Île de la Réunion.

¬

".doc"

du 18 septembre au 31 octobre 2013

Créé en 2007, le label hypothèse est un groupe à géométrie variable, qui privilégie la voix du collectif dans la mise en place d’initiatives curatoriales et éditoriales. Avec l’exposition collective ".doc", il s'agit d'interroger la notion de document et par là même l’ontologie des réalisations artistiques. Du document comme source, au document comme œuvre, au document comme trace, il apparaît que l’idée de documentation n’existe pas dans un « en soi », mais dans des jeux relationnels complexes et multiples avec les œuvres, au point parfois de se confondre littéralement avec elles.

¬

 

Institut d’Art Contemporain

Saâdane Afif - Blue time, blue time, blue time...

du 1er mars au 28 avril 2013

A l’IAC, Saâdane Afif présente Blue Time, Blue Time, Blue Time… En jouant la répétition dès le titre de l’exposition, l’artiste nous invite à suivre, salle après salle, différentes « variations sur une même œuvre » qui se sont opérées entre 2004 et aujourd’hui. Véritable fil d’Ariane de l’exposition, l’œuvre et le texte Blue Time rythment l’ensemble de l’exposition.

¬

1966-79

du 24 mai au 11 août 2013

L’IAC invite in situ Laurent Montaron à proposer, en tant que commissaire d’exposition, un regard sur les artistes de sa génération. Depuis plusieurs années, l’IAC a noué des liens privilégiés avec cet artiste, à travers la présentation d’une exposition monographique en 2009 et l’acquisition d’œuvres pour sa collection. Cette relation trouve aujourd’hui un nouveau prolongement avec l’exposition 1966-79.
Artistes : Dove Allouche, Katinka Bock, Ulla von Brandenburg, Jason Dodge, Alexander Gutke, Daniel Gustav Cramer, Guillaume Leblon, Jan Mancuska, Margaret Salmon, Bojan Šarcevic, Lonnie van Brummelen & Siebren de Haan, João Maria Gusmão & Pedro Paiva, Jordan Wolfson

¬

Rendez-vous 13 - Jeune création internationale

du 10 septembre au 10 novembre 2013

 

Créée en 2002 grâce au soutien de la Région Rhône-Alpes, Rendez-vous, plateforme internationale dédiée à la jeune création, associe, de façon inédite en France, trois institutions : le Musée d’art contemporain de Lyon, l’Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône- Alpes et l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon. Rendez-vous suit l’évolution de la scène émergente et invite, dès 2009, des commissaires et directeurs de biennales internationales. À l’Institut d’art contemporain, l’édition 2013 rassemble vingt artistes des cinq continents dont dix issus de la région Rhône-Alpes, avec des projets inédits en peinture, sculpture, vidéo, installation...

¬

 

Jeu de Paume

Une exposition parlée

du 26 février au 12 mai 2013

Suite pour exposition(s) et publication(s), premier mouvement.
Satellite 6. Une proposition de Mathieu Copeland

La première exposition conçue par Mathieu Copeland dans le cadre de la programmation Satellite du Jeu de Paume envisage l’exposition du mot et la diffusion d’une œuvre dans sa globalité par l’oral. Entre écriture et image mentale, lecture et écoute, celle-ci interroge l’unicité de la lecture et de la parole, la place du mot dans l’exposition, la question de l’exposition et du catalogue – ou plutôt de l’exposition du catalogue…

¬

Adrian Paci. Vies en transit

du 26 février au 12 mai 2013

Le travail d’Adrian Paci (né en 1969 en Albanie) met en exergue l’un des paradoxes de l’intelligence humaine, qui consiste à rendre compte de la réalité à travers l’irréalité. Souvent inspiré par des sujets qui lui sont proches, par des histoires issues de sa vie quotidienne, Adrian Paci les fait glisser poétiquement vers une fiction, qui, à son tour, produit une ou plusieurs réalités plus larges. L’exposition présentée au Jeu de Paume rassemble des œuvres très diverses (vidéos, installations, peintures, photographies et sculptures) réalisées depuis 1997 et montre les nombreux chassés croisés qu’il opère entre ces différents modes d’expression et médiums.

¬

Ahlam Shibli. Phantom Home [Foyer Fantôme]

du 28 mai au 1er septembre 2013

Le travail photographique d’Ahlam Shibli (Palestinienne née en 1970) porte sur les contradictions inhérentes à la notion de foyer. Son œuvre traite de la perte du foyer et du combat contre cette perte, mais aussi des restrictions et des limitations que l’idée de foyer impose aux individus. Parmi les lieux où se rencontre cette problématique : les territoires palestiniens occupés, les monuments français qui commémorent sans distinction les résistants à l’occupant nazi et les soldats engagés dans les guerres coloniales, les corps des lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels issus de sociétés orientales et les communautés d’enfants recueillis dans les orphelinats polonais.

¬

Une exposition – un événement

du 28 mai au 1er septembre 2013

Pour la sixième édition de la programmation Satellite, le Jeu de Paume a invité le commissaire Mathieu Copeland. Pensée dans le cadre d’une "Suite pour exposition(s) et publication(s)", "Une exposition — un événement" s’offre en écho aux deux premiers mouvements "Une exposition parlée" et "Une exposition sans textes", qui ont été présentés respectivement au Jeu de Paume et à la Maison d’art Bernard Anthonioz.

¬

Lorna Simpson

du 28 mai au 1er septembre 2013

À l’occasion de cette première exposition d'envergure en Europe, le Jeu de Paume présente trente années du travail de Lorna Simpson. Chez cette artiste afro-américaine née à Brooklyn (New York) en 1960, la synthèse de l’image et du texte est profonde et intime. Si l’on considérait Lorna Simpson en tant qu’écrivain, la composante textuelle de ses œuvres pourrait avoir une vie autonome comme poèmes en prose, nouvelles extrêmement brèves, ou fragments de scripts. Et pourtant, ses textes sont inséparables de ses images ; il y a entre les deux une dynamique à la fois fragile et énergique, qui les lie indéfectiblement.

¬

 

La Criée centre d'art contemporain

Two lines of life (or why a rabbit likes weeds)

du 18 janvier au 10 mars 2013

Exposition présentée dans le cadre du projet européen
A.C.T. Democ[k]racy soutenu par le programme Culture de l’Union européenne.

 

Two Lines of Life (or why a rabbit likes weeds) est une exposition qui présente 11 artistes et collectifs d’artistes de Belgrade, Pan?evo, Be?ej, Cakovec, Zagreb, Tuzla, Ljubljana (villes d’ex-Yougoslavie, maintenant situées en Serbie, Slovénie, Bosnie-Herzégovine et Croatie) et le travail commun de deux commissaires d’exposition de Belgrade, qui peut être décrit comme un processus.

¬

Lutz - Guggisberg / La Forêt

du 5 avril au 19 mai 2013

Les artistes suisses Lutz & Guggisberg investissent l’espace de La Criée avec un ensemble d’œuvres en grande partie inédites, regroupées sous le titre La Forêt.
Avec cette exposition, le duo invite le spectateur à une promenade dans un paysage plastique qui joue avec le potentiel narratif et symbolique de la forêt.

¬

Mahony - Slow Season

du 13 juin au 14 août 2013

La Criée présente Slow Season, première exposition personnelle en France des Mahony, collectif d’artistes autrichien fondé en 2002 et basé à Berlin. Slow Season propose une variation autour de l’absence, tout en questionnant nos modèles culturels et économiques, passés et contemporains.

¬

Jan Kopp - Un Grand ensemble

du 20 septembre au 17 novembre 2013

Artiste arpenteur, nomade, polysémique et polyglotte, Jan Kopp court les rues au sens propre comme au figuré, à la recherche de signes et de questionnements liés à nos environnements quotidiens, temporels et physiques, politiques et poétiques. Jan Kopp dessine, sculpte, danse, joue et déjoue l’espace. Le partage d’expériences sensibles est au cœur de sa démarche, que ce soit dans la réception physique que nous avons de ses œuvres ou dans leur élaboration même, auquel l’artiste nous invite parfois.

¬

 

La Galerie, Centre d'art contemporain

« Andrew »

du 16 mars au 11 mai 2013

Le duo Lamarche-Ovize présente les œuvres réalisées pendant sa résidence de neuf mois à La Galerie, lors d'ateliers collectifs de céramique menés avec des artistes et des amateurs n'ayant que très peu ou même jamais utilisé cette technique. La terre devient alors un unique moyen d'expression, abolissant les frontières entre des pratiques dont Lamarche-Ovize se font les metteurs en scène.

¬

Le Deuxième Sexe - une note visuelle

du 25 mai au 13 juillet 2013

L'exposition évoque l'ouvrage de la philosophe Simone de Beauvoir, publié en 1949, qui visait à favoriser l'émancipation des femmes. Inspirée de cette réflexion sur les questions féministes et conçue par Tobi Maier (actuellement en résidence de curateur étranger à la Galerie), l'exposition présente les installations de trois femmes artistes - Anne-Mie van Kerckhoven, Marianne Wex et Ilene Segalove - couvrant une multiplicité de médiums : film, photographie, collage et pièce audiophonique... Des oeuvres à la fois enracinées dans les années 1970 et la « deuxième vague » du mouvement féminisme, mais dont les propos restent d'actualité, à l'heure où celui-ci remet en question les notions de corps, de genre, de sexualité.

¬

 

Le 19, Centre régional d'art contemporain

Florence Chevallier

du 9 mars au 13 avril 2013

L’exposition Brêve Durée présente aux côtés de l’œuvre vidéo qui porte ce titre, un choix de vidéos et de photographies extraites d’un ensemble de séries de l’artiste qui s’échelonnent entre 1996 et 2010.

¬

des projets des armes

du 29 mars au 12 avril 2013

Pendant l’année scolaire 2011/2012, le Collectif Encastrable (Antoine Lejolivet et Paul Souviron) artistes en résidence dans le Doubs a élaboré un travail artistique avec élèves et professeurs dans cinq collèges du département. Les artistes se sont installés dans l’enceinte des établissements à bord d’un véhicule/atelier aménagé. Six classes ont participé à la création de six sculptures, une œuvre spécifique propre à chaque collège se basant sur les meubles et objets dénichés dans les recoins de l’établissement. Au dire des artistes, les créations ont pu prendre la forme d’un emblème, une « œuvre-blason » représentant le collège. Les artistes intègrent ainsi, sous la forme d’une « joute » de création, un questionnement artistique et permet des réponses aux notions pédagogiques du programme. Plus d’un an après, le 19, Crac et les artistes, ont imaginé de rassembler les œuvres le temps d’une exposition à l’Espace Gandhi d’Audincourt.

¬

Mauvais genre ?

du 18 mai au 25 août 2013

Ana Gallardo / Zanele Muholi / Lisa Sartorio

Cette exposition présente trois artistes qui interviennent sur la condition des femmes issues de minorités sexuelles, sur les violences qu’elles subissent, et sur les problèmes de construction d’identités collectives de ces communautés (A. Gallardo et Z. Muholi). Mais aussi sur les ambiguïtés que nouent le réel et le décoratif ou les antagonismes et contrastes qui portent les expressions exprimant positivement ou négativement le sentiment amoureux ou le désir (L. Sartorio).

Voir le focus sur la réouverture du centre d'art > cliquer ici

¬

Au plus près

du 18 mai au 25 août 2013

Sylvie Fajfrowska & Philippe Gronon

Au plus près présentent des expositions monographiques de Sylvie Fajfrowska et de Philippe Gronon, artistes faisant partie de la collection du Frac Franche-Comté. Elles proposeront une sélection d’œuvres récentes de ces artistes mettant en lumière la cohérence et la force de leur travail.

Voir le focus sur la réouverture du centre d'art > cliquer ici

¬

Trois fois rien

du 15 septembre au 24 novembre 2013

Cette exposition rassemble des artistes dont les œuvres fonctionnent sur une économie du peu, comme si le moins permettait le plus, tant au niveau des perceptions et des images que des associations qu’ils peuvent provoquer chez le spectateur. Ils nous proposent une poétique de la discrétion et de la modestie qui a pourtant les ambitions les plus grandes : celles de nous faire éprouver des expériences essentielles, dans un silence, une respiration ou l’espace d’un instant ; si on y prête attention. S’y ajoutent, pour une part d’entre eux un humour et une ironie qui sont l’affirmation d’une légèreté recherchée contre la pesanteur des choses ; mais sans oublier que l’humour peut aussi être la politesse du désespoir. Beaucoup de ces artistes viennent d’horizons qui voient se croiser art minimal ou art conceptuel, des mouvements comme Fluxus, les néo-dadaïstes, Support-Surface ou encore BMPT.

¬

 

Le CAIRN Centre d'art

Thierry Girard - Kamaishi

du 7 mars au 28 avril 2013

Cette exposition de photographies est consacrée à Kamaishi, ville japonaise jumelée à Digne, tragiquement touchée par le tsunami du 11 mars 2011. En août 2011, l’Institut français du Japon a invité Thierry Girard à venir photographier les régions sinistrées, lors de ce premier voyage le photographe sillonnant la côte nord-est du Tohoku est passé à Kamaishi. Les photos prises alors témoignent de la violence de la catastrophe. En novembre 2012, à la demande du CAIRN-centre d’art de Digne, Thierry Girard s’est de nouveau rendu à Kamaishi, cette fois-ci pour photographier la reconstruction deux ans après la triple catastrophe.

¬

Abraham Poincheval - Gyrovague, le voyage invisible

du 8 mai au 30 juin 2013

Aboutissement d’une performance réalisée au fil des quatre saisons entre Digne et Caraglio (petite ville du Piémont italien) dans le cadre du projet européen transfrontalier VIAPAC - Route de l'art contemporain porté par le Conseil Général des Alpes de Haute-Provence en partenariat avec la Région Piémont.
Ce voyage en solitaire de l'artiste sur les routes escarpées du paysage transalpin se fit avec pour seul fardeau une imposante capsule circulaire faisant office d’habitat. Cet artefact insolite qu’il nomme « gyrovague » sera présenté dans l’espace d’exposition du CAIRN aux côtés d’autres concrétudes collectées au fur et à mesure de ce périple. En parallèle, Abraham Poincheval proposera, à travers des installations dans le Musée Gassendi, de redécouvrir des œuvres provenant des réserves.

 

¬

OURS - Abraham Poincheval

du 10 juillet au 1er septembre 2013

"Sur les traces de l'ours", un parcours d'oeuvres thématique entre Digne et Seyne. Des ours sont dissimulés sur le territoire... débusquez les dans leurs étranges tannières ! Cette chasse à l'ours imaginaire vous invite à découvrir une exposition, un musée, des villages, des paysages et un monument historique. Une aventure insolite riche en rebondissements, comme croiser le fantôme d'un ours, arpenter les couloirs obscurs d'un fort guidés par des ronflements, se raconter des histoires bizarres, des contes qui font peur et même vous demander comment... vivre dans un ours !

 

¬

NG - FREE SOLO

du 16 octobre au 15 décembre 2013

« S'il était possible de résumer en quelques mots le projet artistique de NG, il faudrait dire simplement que son projet est d'être libre. [ ... ] Trois ruptures fondatrices. Se libérer des logiques du capital symbolique (ne pas avoir de nom), se libérer des routines du confort (ne pas avoir de maison), se libérer des servitudes du salariat (ne pas travailler). Autant de gestes radicaux qui supposent des choix difficiles. Ne pas avoir de famille, par exemple. Mais qui imposent surtout d'inventer une économie personnelle nouvelle. NG ne milite pas pour une révolution à prétention universelle, mais elle en fait sans concession l'expérience immédiate, sans prétendre montrer la voie ou faire exemple. » (NG, pratique du monde, extraits du catalogue d’exposition FREE SOLO, texte de Maria Wutz, avril 2011)

¬

 

Le Carré, Centre d'art contemporain du Pays de Château-Gontier

Hippolyte Hentgen - Seconde main

du 12 janvier au 17 mars 2013

Gaëlle Hippolyte et Lina Hentgen puisent leur inspiration dans la peinture du XVIIIème, la BD des années 30 et les éléments de l’univers ouvrier du début du XXème siècle. Ce duo d'artistes entrechoque des images classiques et universelles et se les approprie grâce au dessin. Pour leur exposition, la Chapelle du Genêteil se retrouve parée d'étendards multicolores où le kitsch et l'humour côtoient la précision du geste.

¬

Jacques Halbert / Capitaine Lonchamps - Le Paradis perdure

du 6 avril au 16 juin 2013

Deux artistes à la pratique singulière. Jacques Halbert ne peint que des cerises et Capitaine Lonchamps recouvre de petites taches blanches les images et objets qu'il recueille.

¬

Alexandre Périgot

du 6 juillet au 1er septembre 2013

Alexandre Périgot réalise principalement des installations et des vidéos dans le but de créer une forte interaction avec le public. Il développe depuis plusieurs années un travail révélant les mécanismes du spectaculaire.

¬

Michel Blazy - Last Garden

du 14 septembre au 17 novembre 2013

Michel Blazy place le vivant au centre de son travail. Il réalise des installations éphémères et vivantes à partir de matériaux périssables du quotidien. La purée de carotte ou les peaux d’oranges deviennent alors des sculptures à contempler et non plus à consommer. Au travers de ces accumulations, l’artiste met en évidence les mutations, décompositions et renaissances perpétuelles de la matière aux prises avec le temps. Il tente parfois de contrôler ces transformations mais peut également les laisser prendre possession de l’espace d’exposition à leur guise. Faussement statique, le processus crée en fait une multitude d’infimes mouvements qui ne cessent de faire et de défaire les formes. Ces dispositifs évolutifs nous invitent à appréhender différemment ce qui nous entoure et à nous imprégner de l’instant.

¬

 

le Creux de l'enfer - centre d'art contemporain

Les Enfants du Sabbat 14

du 15 mars au 28 avril 2013

les enfants du sabbat, cycle d’expositions initié par le Creux de l’enfer en 2001, propose cette année douze jeunes artistes pour sa quatorzième édition, tous issus de l’École supérieure d’art de Clermont Métropole et de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon. Le titre fait clin d’œil au lieu, le Creux de l’enfer, un site chargé de légendes païennes, d’histoires chrétiennes et sociales. Les enfants représentent de fait une nouvelle génération d’artistes, tandis que le sabbat ramène autant à une assemblée nocturne de sorcières et de sorciers, qu’au septième jour biblique, quand il appartient à l’humanité de parachever la Création.

¬

Florence Reymond - La montagne cent fois recommencée

du 22 mai au 15 septembre 2013

La vraie grandeur de l’homme, c’est de paraître heureux quand tant invite à l’être. Il en va de même pour ces restes de nuages opalescents, changeants et fantaisistes, aux motifs souriants sous un ciel ténébreux. Les tableaux de Florence Reymond rayonnent d’une énergie nouvelle ; l’artiste est toujours prête, comme pour la montagne de son intitulé, à cent fois les recommencer, peintures d’un roman inachevé. La culture, la création, accompagnent la vie humaine depuis la nuit des temps, et la vie est belle dans une perspective et une gestuelle à réinventer. Les paysages sont des couleurs en valeurs composées, des miracles ordonnés accessibles pour beaucoup, mais ressentis par trop peu.

 

¬

 

Le Grand Café - Centre d'art contemporain

GIVE PIECE A CHANCE / Sam Durant - Haroon Mirza - Bojan Sarcevic

du 19 janvier au 3 mars 2013

Dans le cadre de la manifestation Free Son 3 / Un parcours artistique autour du son à Saint-Nazaire

La musique, populaire, traditionnelle ou sono-mondialisée, serait-elle un médium privilégié pour annoter les transformations du monde ? Cette matière polyphonique, invisible et enveloppante, saurait-elle inclure et exprimer de façon particulière les bouleversements subtils d'une société, ses flux réactionnaires ou ses forces d'émancipation ? C'est l'hypothèse que semblent formuler  Sam Durant, Haroon Mirza, et Bojan Sarcevic lorsqu'ils explorent le rôle de la musique face à l'histoire et ouvrent des espaces de (re)lecture de moments, passés ou contemporains, liés à la (trans)formation des identités culturelles.

¬

MICHAEL BEUTLER - Knock Knock 

du 25 juin au 1er septembre 2013

Intimement reliées aux lieux dans lesquels il intervient, les oeuvres de Michael Beutler s'appuient tout autant sur les volumes que sur l'histoire des bâtiments investis dont il propose une lecture singulière. Amples et généreuses, ses installations concentrent de multiples préoccupations formelles.

Pour Knock Knock, sa première exposition personnelle en France, Michael Beutler s'invite parmi les esprits du Grand Café pour entreprendre une exploration singulière des techniques et des espaces - une aventure dont les matériaux et les lieux ressortent transfigurés.

¬

 

Le Quartier, Centre d'art contemporain

Abstraction manifeste

Du 19 janvier au 5 mai 2013

Cette exposition collective s’intéresse aux formes de l’abstraction dans un contexte contemporain lié à la dématérialisation du capital et du lien social.  Notre rapport au monde passe par des interfaces et des modélisations dont les formes : diagrammes, portails, plateformes influencent le vocabulaire contemporain de l’abstraction géométrique. Ici, l’abstraction ne s’oppose pas à la représentation, elle devient au contraire un marqueur de son contexte idéologique. Les artistes réunis dans l’exposition développent des recherches formelles à partir de ces systèmes existants, tout en les reliant aux contingences historiques et politiques. Ces artistes entretiennent une relation paradoxale à l’objet d’art autonome, préférant inscrire leur démarche dans le temps et la répétition.

¬

Thomas Tudoux - Lotophages

du 5 avril au 5 mai 2013

Pour cette exposition, l’artiste Thomas Tudoux s’inspire d’un épisode de l’Odyssée d’Homère, où Ulysse rencontre les Lotophages - peuple se nourrissant d’une fleur de l’oubli (Lotos) avec laquelle s’évanouit tout désir de retour. Dans cet épisode, le héros est confronté à des désirs contradictoires  : l’oubli de soi dans le repos opposé à l’effort de sa quête, au souvenir de retourner dans son royaume.

¬

Bettina Hutschek

du 25 mai au 23 juin 2013

Invitée en résidence au Pôle Max Jacob par l’association Art4Context en 2012-2013, Bettina Hutschek présentera le fruit de ses recherches plastiques en posant un regard neuf et décalé sur l’histoire de la cité quimpéroise à travers le prisme de la légende de la ville d’Ys et de la faïence locale.

¬

Carey Young

du 25 mai au 15 septembre 2013

Carey Young développe depuis une quinzaine d’années une pratique fondée sur des connexions entre différentes disciplines. Elle se sert des outils de ces différents champs comme matériaux pour ses installations, œuvres textuelles, photographies mais également pour ses vidéos, dans lesquelles se déploient des relations absurdes entre le performer et la rhétorique politique, commerciale ou légale.
L’exposition du Quartier réunit un grand nombre de ses œuvres photographiques. Impliquant différents médiums, ce travail se caractérise par une approche conceptuelle et expérimentale. L’artiste explore la relation entre l’image photographique et les systèmes de marchandisation et de diffusion dans le contexte actuel de globalisation.

¬

Passion de l’art en Finistère / Collection #4

du 29 juin au 15 septembre 2013

« Collecting makes friends » fait partie d’un cycle d’expositions qui fait découvrir différents regards de collectionneurs privés installés dans le Finistère sur la création contemporaine. Présentées, à différents intervalles dans le Project Room du Quartier depuis 2011, ces collections résultent d’un engagement passionné, qui confirme que la pratique de collectionner est plus une question de choix que de prix.

Avec les œuvres de Steven Guermeur, Esther Kempf, Valery Koshlyakov, Navid Nuur, Bernd Oppl, Ivan Moudov, Kamen Stoyanov, Erwin Wurm.

¬

The borderscape room (Projectroom)

du 4 octobre au 1er décembre 2013

Commissariat : Aliocha Imhoff & Kantuta Quiros (le peuple qui manque )
The Borderscape Room est une exposition de films d’artistes, consacrée aux imaginaires psychiques et géographiques des zones frontalières, en tant qu’espaces conflictuels, en continu déplacement, dans lesquels différents sites et temporalités se chevauchent. Jouant de l’ambivalence sémantique (entre imaginaire et paysage) du concept de «  borderscape  » développé notamment par Suvendrini Perera, c’est à travers un tissage de récits et d’images qu’affleure comment ces espaces réels-et-imaginés sont produits et vécus.

¬

 

Maison des Arts Georges et Claude Pompidou

Mystère et boule de gomme

du 24 février au 24 mars 2013

Exposition pour le jeune public avec des oeuvres choisies dans les collections de l’Artothèque du Lot / Conseil général, du Musée Champollion et de collections privées. L'exposition envisage la question du récit de manière libre et discursive à partir d'œuvres énigmatiques : une tablette de l'Île de Pâques, le dessin d'un labyrinthe, une photographie rapprochée… Les  écarts et les tensions entre ce qui est vu et ce qui reste à décrypter, créent l'espace imaginaire indispensable à une pensée active. Ils constituent la trame ludique et le fil rouge de l'exposition.

¬

Samuel Richardot - Court-circuit

du 7 avril au 2 juin 2013

Samuel Richardot travaille sur de grandes toiles au sol, y délimitant des espaces où différents types de peinture se jouxtent, se superposent parfois, créant des états de peinture, des transparences et des proximités troublantes. Un jus de couleur déposé sur la toile définit en séchant des matières organiques auxquelles viennent s’accoler une zone d’aplat dense ou un nuage de bombe acrylique. Ses œuvres sont abstraites, cependant l’artiste affirme que l’image demeure présente. Faite d’impressions, d’observations, de souvenirs, la peinture de Samuel Richardot joue de tensions contraires et de paradoxes avec une fraîcheur revigorante.

 

¬

Parcours d'art contemporain en vallée du Lot

du 7 juillet au 1er septembre 2013

avec Fredy Alzate, Chad Keveny, Damien Marchal, Natacha Mercier, Daniel Perrier, Yuhsin U Chang.

L’art contemporain s’installe chaque été depuis 2004, dans la vallée du Lot entre Cajarc et Saint-Cirq-Lapopie. Le Parcours invite les artistes à présenter leurs œuvres dans les sites naturels et les villages de cette portion de la vallée. Il relie ainsi les Maisons Daura, laboratoire de création, au centre d’art contemporain, lieu d’expérimentation artistique. Le regard des artistes sur le contexte environnemental et culturel, leurs relations aux paysages et aux habitants, et au final, les œuvres présentées construisent un dialogue nourri entre patrimoine et art contemporain et dessinent une cartographie toujours renouvelée de cette portion de vallée.

¬

Alternatives - Bandes dessinées contemporaines

du 22 septembre au 17 novembre 2013

Les influences entre bande dessinée et art contemporain ne sont plus à prouver depuis que la porosité entre ces deux mondes s’est exposée sur les murs des villes et dans les espaces d’exposition. Le centre d’art contemporain accueille pour la première fois des représentants du 9e art qui pratiquent cette hybridation des genres. L’exposition articule leurs propos comme un scénario in progress, le récit d’un voyage au cœur de la création dessinée. Les supports traditionnels – et notamment le livre et l’album – s’émancipent et cherchent de nouvelles formes dans l’exposition. La bande dessinée conquiert l’espace avec des volumes, des papiers peints, des vidéos… pour imaginer d’autres alternatives aux univers du récit dessiné.

¬

 

Micro Onde - Centre d'art contemporain de L'Onde

Lorraine Féline

du 22 janvier au 6 avril 2013

Depuis plusieurs années, les recherches artistiques de Lorraine Féline relèvent de l’impossible: représenter le geste, par nature ineffable, transitoire et principa­lement inscrit dans une histoire d’un art d’attitude.
De par sa formation de danseuse, elle s’in­téresse tout particulièrement à la choré­graphie.

¬

Damien Cadio

du 22 janvier au 6 avril 2013

Pour sa première exposition monographique dans un centre d’art français, Damien Cadio prépare pour Micro Onde une nouvelle série de peintures qu’il va associer à des pièces plus anciennes. Plutôt adepte de la technique traditionnelle, Cadio peint à l’huile. Il construit des harmonies sourdes avec des sous-couches colorées, franches, pures. Le plus souvent, l’artiste éteint la lumière en posant des touches de plus en plus sombres, des terres, des bruns, des bleus de Prusse jusqu’au noir. Une peinture sombre qui rappelle les séries d’autres grands noms qui ont magnifié le noir : Goya, Rembrandt, Manet...

¬

Vincent Mauger, Des abscisses désordonnées

du 18 mai au 5 juillet 2013

Au cœur du bâtiment de l’Onde, l’agencement sculptural proposé par Vincent Mauger renverse les perceptions qu’on a des lieux et de l’espace et les met sous tension. À partir d’une compilation d’œuvres autonomes, de nouvelles productions et d’œuvres conçues in situ, l’artiste dessine les contours d’un nouvel environnement où le matériau est amplifié dans de fascinants volumes. L’accumulation ou l’enchevêtrement d’un même élément brisé, scié, découpé, crée un rythme inattendu qui joue de vides et de pleins où le regard et le positionnement physique du spectateur est central pour appréhender l’œuvre.

 

¬

Documentation Céline Duval

du 28 septembre au 14 décembre 2013

documentation céline duval s’attache à saisir les représentations de toutes
natures, depuis les gravures encyclopédiques jusqu’aux photographies diffusées sur les sites des réseaux sociaux. Cette fabrique d’images, en perpétuelle expansion, s’associe à ce qu’elle nomme le devenir image du monde. Questionner, décoder, raconter, l’artiste nous propose de retrouver notre place perdue de regardeur dans cet océan visuel sans horizon.

¬

 

Palais de Tokyo

Soleil Froid

du 27 février au 20 mai 2013

Avec : Julio Le Parc / Nouvelles Impressions de Raymond Roussel / François Curlet / Daniel Dewar & Grégory Gicquel / Joachim Koester / Evariste Richer / Les Modules - Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent, etc.
 

Après Imaginez l'imaginaire, le Palais de Tokyo dévoile avec Soleil Froid la surface d'un monde étrange où naissent des « espaces insoupçonnés » que les nombreux artistes invités explorent chacun à leur manière.

¬

Nouvelles vagues

du 21 jun au 9 septembre 2013

Après « Soleil Froid » le Palais de Tokyo expérimente à nouveau et entraîne avec lui une trentaine de galeries et lieux d’art dans tout Paris pour rendre manifeste l’émergence de la figure du curateur. Au Palais de Tokyo, « Nouvelles vagues » est une grande manifestation composée par 21 curateurs ou groupes de curateurs internationaux (13 nationalités), sélectionnés par un jury parmi plus de 500 candidatures.

¬

 

Parc Saint Léger - Centre d’art contemporain

La vie est un songe - Clémence Seilles

du 16 mars au 26 mai 2013

Bienvenue dans le monde de Clémence Seilles. Son exposition au Parc Saint Léger « La vie est un songe » est une fable, un espace de fiction où plusieurs temporalités et plusieurs histoires se chevauchent et s’entrechoquent.

¬

Les Nouvelles Babylones

du 23 juin au 22 septembre 2013

Lara Almarcegui, Pedro Cabrita Reis, Jordi Colomer, Jimmie Durham, Adelita Husni_Bey, Klara Lidén, Camille Llobet, Marjetica Potrc, Anri Sala, SUPERFLEX, Stephen Willats, Raphaël Zarka.
« Les Nouvelles Babylones » regroupe une sélection internationale d’artistes dont les œuvres tentent une réappropriation de l’espace public, non à partir d’une idée abstraite et désincarnée de ce qui « devrait être », mais bien à partir d’un regard sur le réel et comment ce réel, par la force du jeu, de la poésie et de l’inventivité, peut toujours se redéfinir, se réinventer et se reconstruire.

¬

 

Passerelle Centre d'art contemporain

mamie / Adelaide - Adelaide Ivánova

du 18 janvier au 2 mars 2013

Très souvent, les portraits des personnes âgées ne montrent pas le présent, mais le passé. Et le passé se traduit par les rides, les lignes profondes creusées dans la peau, ou bien encore par les insignes reçues tout au long de la vie, ce à quoi on est arrivé : les signes d’un statut social, d’une éducation, de richesse ou de pauvreté. L’image de la vieillesse est généralement l’image de ce qui a disparu, où le présent est la somme du passé. Il n’est pas rare d’équilibrer négativement, voire davantage, ce qui a été transfiguré.
Les photographies prises par Adelaide Ivánova de sa grand mère montrent quelque chose d’unique : la simultanéité entre l’intimité extrême, le rapprochement, et la distance respectueuse et affectée.

¬

sur un pied d’égalité ?

du 18 janvier au 2 mars 2013

Patrick Faigenbaum, Suzanne Lafont, Florence Lazar, Jean-Luc Moulène

 

Traversant et dépassant les questions de l'identité et de l'altérité, qu'il soit tourné vers la spécificité du médium ou qu'il recoure aux détournements plastiques, le portrait photographique subit des mutations esthétiques liées à l'histoire sociale et culturelle et à l'histoire de l'art, comme aux révolutions technologiques. A tous ces titres, il est par excellence un art où se confrontent et s'interrogent les expériences humaines.

¬

... the lost part is now completed... - Gitte Villesen

du 18 janvier au 2 mars 2013

Les œuvres documentaires vidéo et les installations de Gitte Villesen, artiste danoise, s’apparentent aux portraits, dans le sens où ils explorent la forme, montrent des individus ou des groupes dans leur contexte socio-culturel.
Ces protagonistes ne sont ni des héros ni des victimes de circonstances. Gitte Villesen porte plutôt un regard sur leurs gestes quotidiens, leurs habitudes et rituels dans un environnement socio-politique donné, entre normalité et déviation. Sa pratique artistique, qui évite toutes généralités sociales, est basée sur la documentation des échanges et des rencontres, comme la forme spécifique de l’interaction sociale.

¬

l'égoïste romantique - Sebastian Burger et Sebastian Nebe

du 23 mars au 1er juin 2013

Le centre d’art passerelle présente le travail de deux jeunes artistes allemands de Leipzig, Sebastian Burger et Sebastian Nebe, qui tous deux développent une imagerie autour de leurs expériences subjectives liées à la période communiste. Leurs perceptions de la jeunesse se mêlent à une métaphore de l’identité germanique, créant de multiples liens entre la vie réelle actuelle et la culture de l’histoire passée. En lien avec le Roman de F. Scott Fitzgerald intitulé « L'Envers du paradis » écrit en 1920, Sebastian Burger et Sebastian Nebe créent un univers pictural basé sur une perception contemporaine et spécifique d’une jeune génération qui, comme dans le roman et en référence à l’histoire de l’art du 19ème et 20ème siècle, s’inscrit entre mélancolie et rébellion.

 

exposition organisé dans le cadre du partenariat avec la Galerie Nord – Kunstverein Tiergarten, Berlin
commissaire de l’exposition : Ralf F. Hartmann

¬

à la recherche d'images / bildersuchlauf

du 23 mars au 1er juin 2013

Collection dkw. Kunstmuseum Dieselkraftwerk Cottbus - Brandenburgisches Landesmuseum für Moderne Kunst dans le cadre des célébrations du Cinquantenaire du Traité de l’Elysée / commissaires : Ulrike Kremeier et Jörg Sperling


Au-delà la question de la spécificité de cette collection et du contexte historique de l’art dans l’ex-Allemagne de l’Est, cette exposition s’interroge sur les représentations des réalités quotidiennes à travers quatre chapitres qui sont : le travail, l’espace public/privé, la famille et la sous-culture.

 

¬

Ruth Ewan - A Jukebox of People Trying to Change the World

projet évolutif, débuté en 2003 juin - août 2013

A Jukebox of People Trying to Change the World est un Jukebox qui contient une collection évolutive de chansons dont certaines directement liées à des sujets politiques, vaguement utopiques ou retraçant certains événements historiques spécifiques. Toutes les chansons peuvent êtres décrites comme étant progressistes en la matière. Actuellement plus de 2200 titres d’origines diverses sont réunis dans ce who’s who anarcho-révolutionnaire classé en septs catégories – parmi lesquelles le féminisme, la propriété, la pauvreté, les droits civiques ou encore l’écologie – d’artistes renommés comme Joan Baez et Leadbelly, mais aussi des chansons traditionnelles hébraïques ou des morceaux de folk bolivien.

¬

Mark Geffriaud - The Tide [la Marée]

du 22 juin au 24 août 2013

Projet présenté dans le cadre d’ ULYSSES, L’AUTRE MER un itinéraire d’art contemporain en Bretagne. Un projet initié par le Frac Bretagne, à l’occasion des 30 ans des Fonds régionaux d’art contemporain.
The Tide [la marée] est une œuvre à activer. Il s’agit de faire lire par des personnes volontaires et bénévoles "L’Odyssée" d’Homère dans des lieux d’exposition, en l’occurrence ceux où sera montrée l’exposition Ulysses, l’autre mer. Le titre (la marée) évoque cette idée de flux et de reflux sur fond de présence permanente de la mer : des vagues de lecture qui ont fait parvenir ce grand texte jusqu’à nous.

¬

Bouchra Khalili - The Mapping Journey Project

du 22 juin au 24 août 2013

Exposition présentée dans le cadre d’ ULYSSES, L’AUTRE MER un itinéraire d’art contemporain en Bretagne. Un projet initié par le Frac Bretagne, à l’occasion des 30 ans des Fonds régionaux d’art contemporain.
Entre 2008 et 2011, Bouchra Khalili s’est consacrée à la réalisation de The Mapping Journey Project, qui se compose de huit vidéos, les Mapping Journey, et de huit sérigraphies, The Constellations. Ces projets visent à « cartographier » dans l’aire méditerranéenne des voyages clandestins, qui épousent ceux de l’artiste, de Marseille à Ramallah, de Bari à Rome, de Barcelone à Istanbul.

¬

Gilles Mahé « J’ai tellement d’idées à la journée qu’il ne m’a jamais été utile de choisir une stratégie »

du 22 juin au 24 août 2013

L’image occupe une place prépondérante, centrale, essentielle dans le travail de Gilles Mahé mais elle ne délivre toute sa pertinence et toute son originalité qu’en lien avec d’autres paramètres. Si l’on veut embrasser la totalité de son œuvre, il conviendrait en particulier d’envisager un autre pôle, comme un pendant à l’image. (…) L’image n’est envisageable chez cet artiste qu’en termes de circulation, d’échange, de retraitement, de transformation, de réutilisation, d’interprétation, de critique. Jean-Marc Huitorel

¬

 

Transpalette

Like mirror

du 29 mars au 11 mai 2013

Brice Dellsperger et Natacha Lesueur ont chacun interrogé les lieux communs liés à la représentation. Chez Brice Dellsperger, cela passe par une mise en abîme de certaines scènes emblématiques du cinéma qu’il rejoue ou refait jouer par des non professionnels. Regroupées sous le titre Body Double, ces vidéos mettent en crise sur un mode grotesque les différents genres qui existent aujourd’hui au cinéma. De son côté, Natacha Lesueur interroge l’identité à travers la représentation photographique ou plus récemment dans des vidéos.

Pour la première fois, les deux artistes ont décidé de regrouper leurs travaux respectifs dans un parcours labyrinthique qui démontre tout l’arbitraire des représentations contemporaines notamment lorsqu’elles traitent de l’opposition masculin/féminin.

¬

Memories of tomorrow - Didier Faustino

du 22 juin au 20 juillet 2013 et du 4 au 13 septembre 2013

À la fois architecte, artiste, scénographe, directeur de revue, photographes, Didier Faustino travaille sur les relations du corps à l’espace et la manière dont il est possible de révéler et décrypter les structures idéologiques de nos sociétés. Ses interventions, œuvres ou architectures ont en commun de placer le spectateur face aux ambigüités du réel en réclamant l’utilisation de tous les sens.

¬

 

Villa du Parc Centre d'art contemporain

Terrible two

du 1er mars au 4 mai 2013

Grout / Mazeas [avec Emilie Brout & Maxime Marion, Berdaguer/Péjus, Jake et Dinos Chapman, Les Frères Chapuisat, collectif Fact, Dewar et Gicquel, Iain Forsyth & Jane Pollard, Hippolyte Hentgen, McDermott & McGough, Ida Tursic & Wilfried Mille]

 

Rassemblant une sélection d'oeuvres de duos d’artistes internationaux, "Terrible Two" est une tentative de libre adaptation fictionnelle au format de l'exposition et du cadre architectural de la Villa du Parc.

¬

la dix-huitième place

du 17 mai au 13 juillet 2013

La Villa du Parc présente conjointement le travail des artistes Estefania Penafiel Loaiza, originaire de Quito en Equateur, et Thu van Tran, d’Ho-Chi Minh Ville au Vietnam, toutes deux installées depuis plusieurs années à Paris. Nourries par les déplacements, les liens et les intervalles entre leur culture d’origine et d’adoption, les deux artistes travaillent sur la mémoire et le souvenir, leur oubli nécessaire et leur résurgence fragmentaire, circulant chacune à sa manière bien singulière dans les images et les textes, s’attachant à les mettre en lumière et les transmettre par des gestes plastiques subtils mais éloquents.

¬

Bye Bye Ducks and Drakes ! [Ricochets]

du 20 juillet au 28 septembre 2013

Un projet d’édition initié par Christophe Daviet-Théry (co-production CNEAI, Châtou) autour de Bruno Munari avec Leonor Antunes, Koenraad Dedobbeleer, Daniel Jacoby, Yann Sérandour, Johannes Wohnseifer, Erwin Wurm et Matteo Terzaghi et Marco Zürcher.
+ Philippe Decrauzat et Stéphane Dafflon, Fischli & Weiss, Gilbert & George, Alexis Guillier & Sébastien Rémy.
Et toujours Aurélien Mole & Julien Tiberi, Estefanía Peñafiel Loaiza, Thu Van Tran, et S.Y.N.D.I.C.A.T.

La saison « Two for Tea » consacrée à différentes modalités de la collaboration artistique à deux se conclue par une exposition d’été qui prolonge et enrichit les expérimentations à l’œuvre dans les précédentes expositions.
Des ricochets multiples sont envisagés. Résonances entre les œuvres, retours à des sources historiques subjectivement choisies, réminiscences des accrochages passés formeront des propositions autonomes dans la Villa.

¬

A heures fixes, pas une minute à perdre

du 11 octobre au 21 décembre 2013

Saison Suisse | Swiss Time Project

Pour débuter la saison suisse, l'exposition " A heures fixes, pas une minute à perdre " joue la carte du particularisme helvétique et prend pour modèle l’un des fleurons de la confédération, l'horlogerie,  qui inspire un protocole d'accrochages à plusieurs vitesses.

¬

 

Villa Noailles

Aimer, Aimer, Aimer : Bâtir

du 10 février au 24 mars 2013

Pour cette dixième année d'exposition d'architecture(s), la villa Noailles invite à nouveau dix architectes déjà venus et leur offre la possibilité de partager un regard personnel sur leur propre production.

¬

DESIGN PARADE 8 - 8e Festival International de Design

du 5 au 7 juillet 2013 expositions jusqu'au 29 septembre 2013

Autour d’un concours international dédié aux jeunes designers, le festival Design Parade propose expositions et rencontres comme au moment du festival de mode et de photographie. La villa Noailles perpétue son aide à la jeune création et développe une plateforme où se rencontrent créateurs, journalistes, professionnels et différents publics concernés par le design.

¬

 

VOG, centre d'art contemporain de la ville de Fontaine

ERIC TABUCHI - BABEL WEB

du 22 mars au 20 avril 2013

Éric Tabuchi est un photographe français contemporain d’origine dano-japonaise.
Alors que sa démarche semble être, de prime abord, basée sur l’errance et la découverte imprévue d’un lieu, d’un élément architectural ou d’un objet, une observation plus approfondie de son travail nous permet de découvrir une rigueur voir même une réelle obsession du sujet choisi. Reprenant les principes de la photographie objective, l’artiste se détourne de l’aspect purement documentaire et transforme, au travers de son objectif, une simple construction en une véritable sculpture. Pour l’occasion de son exposition au VOG, Éric Tabuchi se laissera porter par l’originalité et l’étrangeté du parking hélicoïdal de Grenoble.

¬

Benoît Broisat - If I close my eyes

du 30 mai au 29 juin 2013

Diplômé de l’école supérieure des Beaux Arts de Grenoble, Benoît Broisat est né en 1980 et vit actuellement à Paris. Son travail, aux supports éclectiques, interroge la mémoire, la manière de retranscrire l’image mentale en image réelle. Tel un explorateur – car Benoît Broisat aime prendre son temps, voyager et découvrir les lieux de ses propres yeux – il nous livre sa vision du monde telle que sa pensée l’a réinventée.

¬

Didier Marcel

du 27 septembre au 26 octobre 2013

Célèbre sculpteur français, Didier Marcel joue sur l’ambiguïté du naturel et de l’artificiel à travers des moulages de végétaux ou de minéraux. Il présentera pour cette occasion Red Harvest, trois moulages monumentaux rouges d’une parcelle de champs de maïs après récolte. La notion de paysage est au centre de son travail. Elle est, à chaque fois, questionnée de manière différente. Ici, Didier Marcel ne fait pas que déplacer un fragment terrestre, il le redresse et nous le présente tel un tableau, un bas-relief.

¬

Samuel Rousseau - De part et d'autre

du 22 novembre au 21 décembre 2013

Samuel Rousseau travaille à Grenoble depuis une vingtaine d’années. Il est aujourd’hui incontournable sur la scène nationale et internationale. Au VOG, l’artiste a voulu jouer sur l’intimité en montrant de petites pièces, une façon pour lui de rapprocher le spectateur de ses œuvres poétiques. Car l’artiste aime nous emmener vers une émotion dégagée par ses vidéos, sorte de caissons sensoriel tels « People Pump », « Chemical House » ou encore des bas-reliefs atypiques tels « Brave Old New World ». La plupart des œuvres présentées au Vog sont des sculptures animées mais il a créé également, pour se relier à l’espace urbain, des « Board Burg », skateboards découpés. Son univers décalé et poétique s’allie à une maîtrise technologique qui en fait son originalité.

¬