Position latérale de sécurité

Date affichée
du 30 janvier au 20 avril 2019

Position latérale de sécurité

Bétonsalon - Centre d'art et de recherche & Villa Vassilieff

Visuel
Dala Nasser, Sans titre (détail), 2018, sumac, menthe, charbon, latex liquide, habillage d’échafaudage, résine, 190 x 130 cm. Courtesy de l’artiste.
Dala Nasser, Sans titre (détail), 2018, sumac, menthe, charbon, latex liquide, habillage d’échafaudage, résine, 190 x 130 cm. Courtesy de l’artiste.

Bétonsalon - Centre d’art et de recher­che est heu­reux de pré­sen­ter Position laté­rale de sécu­rité, une expo­si­tion col­lec­tive qui inter­roge la place de la vio­lence et des conflits dans les rela­tions socia­les et poli­ti­ques. Les dix artis­tes met­tent en évidence le régime d’émotions et d’affects créé par la vio­lence, avec une atten­tion par­ti­cu­lière à la manière dont elle s’incarne dans des récits sin­gu­liers et inti­mes. L’expo­si­tion pré­sente des nou­vel­les pro­duc­tions ainsi que des œuvres exis­tan­tes dans des for­mats adap­tés à l’espace de Bétonsalon. Elle est la pre­mière pré­sen­ta­tion en France des œuvres des Liverpool Black Women Filmmakers & Rehana Zaman, de Georgia Lucas-Going, de Dala Nasser, de Kameelah Janan Rasheed et de Patrick Staff.

Qu’elle soit sociale ou phy­si­que, la vio­lence cons­ti­tue un mode de dis­cours contro­versé qui met en évidence des socié­tés et des indi­vi­dus en conflit. La vio­lence marque une rup­ture dans le dia­lo­gue et l’établissement de nou­veaux rap­ports de force, de domi­na­tion, et aussi de résis­tance qui pla­cent ses acteurs et actri­ces dans une posi­tion où la neu­tra­lité n’est plus pos­si­ble. Qu’il s’agisse de vio­lence de classe, de race ou de genre, on peut en être à l’ori­gine, en être vic­time ou en être com­plice, mais jamais témoin inno­cent. L’artiste n’est pas hors de cette rela­tion mais en fait partie, lui don­nant une res­pon­sa­bi­lité par­ti­cu­lière.

Les artis­tes par­ti­ci­pant à Position laté­rale de sécu­rité inter­ro­gent le rôle et la cons­truc­tion de la vio­lence dans leurs socié­tés. Ils et elles ques­tion­nent la légi­ti­mité de celles et ceux qui l’exer­cent, brouillant la bina­rité des sta­tuts de vic­time et de cou­pa­ble. Chacune des œuvres aborde, avec des degrés d’impli­ca­tion dif­fé­rents, des conflits que les artis­tes ne refu­sent pas de regar­der. Tous et toutes pren­nent le parti de poli­ti­ser les corps et les émotions, lieux inti­mes où se déploient la vio­lence et les luttes de pou­voir.

L’expo­si­tion établit des dia­lo­gues for­mels entre jeunes artis­tes et artis­tes plus confirmé.e.s, créant une suite d’échanges inti­mes et per­son­nels. Elle engen­dre aussi des conver­sa­tions poli­ti­ques entre des artis­tes influencé.e.s par les pra­ti­ques queer et fémi­nis­tes inter­sec­tion­nel­les bien établies Outre-Manche et Outre-Atlantique, dans le contexte d’une scène fran­çaise qui s’inter­roge sur la manière d’adap­ter ce voca­bu­laire et ces récits à ses enjeux pro­pres.

Certaines œuvres met­tent l’accent sur des pra­ti­ques poli­ti­ques col­lec­ti­ves, notam­ment la vidéo How Does an Invisible Boy Disappear ?, issue de la col­la­bo­ra­tion entre le col­lec­tif Liverpool Black Women Filmmakers et l’artiste Rehana Zaman. L’œuvre traite de la vio­lence sociale des rela­tions racia­les et urbai­nes en Angleterre, les mêlant aux dis­cours, peurs et désirs d’un groupe d’ado­les­cen­tes du quar­tier défa­vo­risé de Toxteth à Liverpool. L’artiste, poé­tesse et éducatrice Kameelah Janan Rasheed inves­tit la baie vitrée de Bétonsalon avec des slo­gans-poèmes, inter­pel­lant le public face aux dis­cours qui ques­tion­nent la légi­ti­mité de la colère, la rage et la vio­lence des grou­pes oppri­més. Les pein­tu­res de Xinyi Cheng et Nathanaëlle Herbelin met­tent en rela­tion des corps avec leur envi­ron­ne­ment, où se nouent gestes quo­ti­diens, jeux de pou­voir et tra­gé­dies qui les dépas­sent. Le film de Patrick Staff, depol­lute, consi­dère sans conces­sion la maté­ria­li­sa­tion du poli­ti­que, jusqu’à la vio­lence faite à son propre corps. Les clips per­for­més de Georgia Lucas-Going jouent d’un humour cin­glant et per­son­nel qui contre­ba­lance et appuie la gra­vité des thèmes évoqués ; un humour également pré­sent dans les ins­tal­la­tions sculp­tu­ra­les de Thelma Cappello et Adrian Mabileau Ebrahimi Tajadod. Dans Comfort Zone, les déli­cats slings de back-room d’Hamid Shams rap­pel­lent l’ambi­guïté des rap­ports de domi­na­tion et de sou­mis­sion à tra­vers un envi­ron­ne­ment à la fois public et domes­ti­que. Enfin, les ban­niè­res abs­trai­tes de Dala Nasser offrent un rap­port plus dis­tant mais non moins inci­sif aux matiè­res pre­miè­res qui com­po­sent la vio­lence du monde.

Bétonsalon - Centre d'art et de recherche

9 esplanade Pierre Vidal-Naquet

75013 Paris

> Consulter le site


Les Oeuvres produites par les centres d'art

Julie Richoz
2015
Cirva Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts Plastiques
Alex Cecchetti
2017
Centre d'art contemporain de la Ferme du Buisson
Samy Rio
2016
Cirva Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts Plastiques
Corentin Canesson
2016
Centre d'art contemporain d'Ivry - Le Crédac
Sheela Gowda
2014
Centre international d’art et du paysage de l’île de Vassivière
Angel Vergara
2014
Centre d’art le LAIT / Laboratoire Artistique International du Tarn
Marie-Ange Guilleminot
2015
Centre d'art La Chapelle Jeanne d'Arc
Colette Hyvrard
2015
Le 19 CRAC - Centre régional d'art contemporain
Jean-Charles de Quillacq
2016
La Galerie, centre d'art contemporain
Nathalie Talec
2017
Villa du Parc - Centre d'art contemporain

Lire aussi 1

Lire aussi