Florian Sumi - MEMBRAINS

Date affichée
du 26 mai au 21 juillet 2018

Florian Sumi - MEMBRAINS

CAC Brétigny

Visuel
Florian Sumi, Pilulier, 2016. Vue de l'exposition «Les Incessants», Villa du Parc, Annemasse, 2016. Photo: Aurélien Mole.
Florian Sumi, Pilulier, 2016. Vue de l'exposition «Les Incessants», Villa du Parc, Annemasse, 2016. Photo: Aurélien Mole.

Une ligne de 72 figures nous entoure, le regard fixe. Chacune d’entre elles modèle le visage d’un humain ou d’une entité spirituelle ayant manipulé consciemment ou intuitivement des champs magnétiques, de l’énergie, que l’on peut également nommer échanges d’informations. La fée Morgane y côtoie la docteur Jade Allègre, Thot, le dieu de la Lune, ou encore William C. Levengood, le célèbre faux biophysicien et véritable ufologue.

Pour sa première grande exposition en institution, Florian Sumi énonce ce qui innervait l’ensemble de son travail, ce qui animait ses danses et ses gestes, dirigeait ses schémas et ses artefacts, mais qui était resté, jusqu’à présent, informulé; à savoir cette conscience aiguë des flux qui nous traversent, de ces voies de communication numérique, organique, sensuelle, cellulaire et psychique, que nous utilisons chaque jour.

Au milieu, un bureau de métal et de minéraux, un cabinet de bain de pieds, des horloges manuelles dont la main doit actionner les poulies, et un laboratoire domestique fabriquant des micro-organismes par fermentation. Car c’est d’usage dont il est question. Peut-être que la croyance importe, mais ce que l’on observe avant tout est le phénomène lui-même. Il se révèle dans les représentations de ces ondes en nous et autour de nous. Les formes se télescopent, des diagrammes de Spooky, la machine qui soigne par fréquence, aux runes animées qui se trémoussent, sans oublier les imageries artificielles de cellules en pleine activité. Et, tout autour de nous encore, des voix et des images enflent, s’adoucissent, pénètrent onctueusement nos tympans. Il y a la voix hypnotique d’Emma, qui pratique la magie blanche, celle rapportée de Marcel, qui transmet le secret de l’Univers, ou la voix autoritaire de Fiona qui lit le système du monde en unissant Darwin et l’animisme ancien. Et il y a la voix de Florian. Il nous répète ces phrases, qu’une cellule heureuse est une cellule qui communique, rend ses membranes poreuses et s’ouvre à l’altérité pour s’enrichir en échangeant de nouvelles informations. Biologiquement, la formule de la croissance est l’échappée vers l’autre. À la manière d’un savant fou, Florian Sumi doute, teste et surtout produit de somptueuses machines d’expérience—esthétique, scientifique, anthropologique, dont il nous appartient de déterminer la lecture.

CAC Brétigny

Centre d’art contemporain
Rue Henri Douard
91220 Brétigny-sur-Orge

> Consulter le site


Les Oeuvres produites par les centres d'art

Julien Bismuth
2013
Centre d'art contemporain de la Ferme du Buisson
Bertille Bak
2014
Le Grand Café - Centre d'art contemporain
Maude Maris
2018
Centre d'art La Chapelle Jeanne d'Arc
Rémi Groussin
2014
Pavillon Blanc Henri Molina - Centre d'art
Marie Auvity
2017
Centre d'art contemporain de la Ferme du Buisson
Laurent Lacotte
2017
Centre National d'Art Contemporain de la Villa Arson
Clare Strand
2014
Centre Photographique d’Île-de-France
Jagna Ciuchta
2017
La Galerie, centre d'art contemporain
Maria Tsagkari
2016
Centre d’art le LAIT / Laboratoire Artistique International du Tarn
Damien Cabanes
2016
Le Creux de l'enfer - Centre d'art contemporain

Lire aussi 1

Lire aussi